MANCHESTER BY THE SEA : Garder les amarres

manchesterbytheseaafficheCette critique constitue un événement historique. Bon je m’emballe un peu. En tout cas, elle marque un événement que j’attendais depuis plusieurs mois déjà ! Avec ce billet, je suis enfin totalement à jour de mes critiques ciné ! Certes, je retourne au cinéma demain, donc c’est un éternel recommencement, mais tout de même ! C’est un petit soulagement. Ok, j’ai fini de raconter ma vie et je vais donc vous parler plutôt de Manchester by the Sea. Surtout qu’il serait dommage de passer à côté d’un des plus beaux films de cette fin d’année.

Le moins que l’on puisse dire est que Manchester by the Sea a reçu un succès critique considérable. Pas question ici de dire qu’il est immérité, mais je me montrerai simplement un tout petit moins enthousiaste. En effet, le film souffre de quelques longueurs, d’un excès de musique classique aux moments les plus dramatiques (une fois, ça va, deux fois, ça passe encore, trois fois, ça tient du tic). Et surtout, si le pessimisme est un point de vue, au fond le film nous parle d’un personnage qui est à la fin à peu près au même point qu’au début. Certes, nous sommes tous heureux que le 7ème art compte assez de diversité pour ne pas avoir l’impression de voir éternellement un remake de Happiness Therapy. Mais tout de même, je suis ressorti de ce film en ayant (très) légèrement l’impression d’avoir vu un film formellement magnifique, mais un film pour rien ou pas grand chose.

manchesterbytheseaManchester by the Sea reste cependant à montrer dans toutes les écoles de cinéma. Il est étonnant de voir Kenneth Lonergan nous proposer un tel film, alors qu’il est surtout connu pour ses talent de scénaristes de comédie. On peut vraiment regretter qu’il ne soit pas passé plus tôt derrière la caméra. Car si j’ai raillé un petit excès dans la bande-original, le film n’en reste pas moins sublime dans tous les domaines. Photographie, montage, direction d’acteurs, tout est marqué par une maîtrise absolue et un sens esthétique profond. Le scénario ne m’a certes pas totalement convaincu dans sa finalité, mais je ne peux que reconnaître son intelligence, la qualité des dialogues et l’émotion réelle qu’il fait naître du début à la fin. Le film est donc académiquement parfait, à défaut, à mon sens, de l’être tout court. Mais c’est déjà beaucoup.

LA NOTE : 14/20

Fiche technique :
Production : The Affleck/Middleton Project, B Story, Big Indie Pictures, CMP, K Period Media, Pearl Street Films
Distribution : Universal Pictures International France
Réalisation : Kenneth Lonergan
Scénario : Kenneth Lonergan
Montage : Jennifer Lame
Photo : Jody Lee Lipes
Décors : Ruth De Jong
Musique : Lesley Barber
Durée : 137 min

Casting :
Casey Affleck : Lee Chandler
Kyle Chandler : Joe Chandler
Lucas Hedges : Patrick Chandler
Michelle Williams : Randi Chandler
C.J. Wilson : George
Gretchen Mol : Elise
Matthew Broderick : Jeffrey
Kara Hayward : Silvie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.