NOCTURIAL ANIMALS : Faux départ

nocturialanimalsafficheLes débutants sont connus pour avoir de la chance. Mais ils font plus souvent preuve de maladresse. On pardonne donc facilement des débuts hésitants. Je n’en veux donc pas outre mesure à 2017 d’avoir ouvert cette année cinématographique (du moins pour ma part) par un film que l’on va qualifier de très moyen, pour ne pas être désagréable plus que de raison. Nocturial Animals ne restera donc pas dans les mémoires quand il s’agira, dans 12 mois, de tirer le bilan de l’année.

Nocturial Animals est original par la forme. Croiser deux histoires dont le lien n’a rien d’évident n’est pas non plus le procédé de narration le plus innovant qui soit, mais il faut admettre qu’il reste tout de même utilisé avec parcimonie. Les enchaînements entre les deux récits démontrent toutes les qualités de cinéaste de Tom Ford, entrevues dans son premier film, A Single Man. D’ailleurs, la réalisation reste particulièrement élégante, brillante même par moment. Il possède un vrai sens de l’image et sait se servir de ses qualités pour créer une réelle tension narrative.

nocturialanimalsCependant, croiser de manière habile deux histoires quand ces dernières n’ont ni l’une, ni l’autre un intérêt démesuré (léger euphémisme), ne permet pas à un film d’être réellement passionnant. C’est bien le problème de Nocturial Animals. Le fond du récit ne suit pas du tout les qualités incontestables de la forme. Si on ne s’ennuie jamais vraiment, on ressort du film passablement frustré, ayant attendu désespérément le moment où tout prendrait un sens supplémentaire. Or, tout s’achève assez brutalement, laissant le spectateur quelque peu circonspect. Et quelque peu déçu également.

LA NOTE : 10/20

Fiche technique :
Production : Artina Films, Fade to Black Productions, Focus Features, Focus Features
Distribution : Universal Pictures International France
Réalisation : Tom Ford
Scénario : Tom Ford, Robert Salerno, d’après le roman « Tony et Susan » d’Austin Wright
Montage : Joan Sobel
Photo : Seamus McGarvey
Décors : Shane Valentino
Musique : Abel Korzeniowski
Costumes : Arianne Phillips
Durée : 117 min

Casting :
Amy Adams : Susan Morrow
Jake Gyllenhaal : Tony Hastings, Edward Sheffield
Michael Shannon : Bobby Andes
Aaron Taylor-Johnson : Ray Marcus
Isla Fisher : Laura Hastings
Armie Hammer : Hutton Morrow
Ellie Bamber : India Hastings
Laura Linney : Anne Sutton
Michael Sheen : Carlos

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.