QUELQUES MINUTES APRES MINUIT : L’enfant et la mort

quelquesminutesapresminuitaffichePréserver un enfant des sujets les plus dramatiques de l’existence est naturel et lui permet de grandir dans une insouciance qu’il aurait trop vite fait de perdre. Malheureusement, être un enfant ne protège pas de tout. La réalité s’impose parfois avec ce qu’elle a de plus dramatique. Les lecteurs de Bettelheim savent bien que les contes de fée ont été inventés pour préparer les plus jeunes à affronter la mort, la perte, le deuil. Quelques Minutes Après Minuit se situe dans cette lignée. Adapté d’un roman jeunesse de Patrick Ness, qui signe aussi le scénario, le film de Juan Antonio Bayona mêle habilement un vrai sens de la poésie avec une dure réalité.

Quelques Minutes Après Minuit est remarquablement écrit. Il nous conduit sans que l’on s’y attendre vers un dénouement très fort. Si le corps du film laissera sans doute indifférent certains yeux d’adultes blasés, la conclusion ne peut qu’émouvoir. On est très loin des propos lénifiants et plein de bons sentiments que l’on peut craindre pour un tel sujet. Le recours à l’imaginaire n’est qu’un moyen pour nous amener vers la dureté de la réalité. Mais le film nous apprendra avant tout que l’affronter est le meilleur moyen pour avancer. Il ne cherche en rien à nous tirer des larmes de crocodile en nous balançant du drame à tout va, mais nous délivre une belle leçon de vie.

quelquesminutesapresminuitQuelques Minutes Après Minuit est aussi remarquablement réalisé. Il bénéficie d’effets spéciaux sublimes et les passages où l’imaginaire prend le dessus paraissent aussi réels que les scènes plus classiques. Cela permet au spectateur de rentrer totalement dans cette histoire et de se concentrer sur le message qui reste l’essentiel de ce film. Le très beau casting tire clairement le film tout entier vers le haut. Il s’agit d’un vrai conte cinématographique. Et on sait à quel point les contes sont les histoires les plus à même de traverser les époques et marquer profondément l’imaginaire collectif.

LA NOTE : 14/20

Fiche technique :
Production : River Road Entertainment, Participant Media, Lionsgate, Focus Features, Apaches Entertainment
Distribution : Metropolitan FilmExport
Réalisation : Juan Antonio Bayona
Scénario : Patrick Ness, d’après son livre
Montage : Jaume Marti, Bernat Vilaplana
Photo : Oscar Faura
Décors : Pilar Revuelta, Eugenio Caballero
Musique : Fernando Velasquez
Durée : 108 min

Casting :
Lewis MacDougall : Conor
Sigourney Weaver : la grand-mère
Felicity Jones : la mère
Toby Kebbell : le père
Liam Neeson : le monstre
James Melville : Harry
Dominic Boyle : Anton
Geraldine Chaplin : la directrice d’école

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.