MOONLIGHT : L’art qui rend moins con

moonlightafficheSi tout le monde s’attend à ce que La La Land triomphe aux Oscars, il reste tout de même un challenger de taille. Moonlight constitue en effet un autre magnifique moment de cinéma. Si les deux films sont très différents à tout point de vue, au moins ils se retrouvent réunis par leur immense qualité globale. Bon courage aux jurés pour les départager. En attendant, les spectateurs, qui n’ont pas à faire ce choix cornélien, peuvent simplement savourer.

Moonlight aborde des sujets difficiles et décrit une réalité sociale sans fards. Loin de tout cliché et d’un quelconque manichéisme, il offre un propos d’une rare intelligence. Il offre une réflexion profonde sur le déchirement entre aspiration individuelle et pression sociale. S’il est question ici d’homosexualité dans les quartiers pauvres aux Etats-Unis, on pourrait le relier à d’autres films sur les mariages forcés au Moyen-Orient par exemple. A chaque fois, on retrouve le dilemme d’êtres humains obligés de choisir entre la tentation de renoncer au bonheur pour gagner une certaine tranquillité et la volonté d’être soi-même et de s’affirmer.

moonlightMoonlight se démarque cependant par une qualité artistique « oscarisable ». Barry Jenkins signe là une œuvre majeure, d’autant plus inattendu que sont précédent film n’a même pas été distribué en France. La photographie, la direction d’acteurs démontrent des qualités de réalisateur que l’on ne retrouve pas tous les quatre matins sur nos écrans. Quand la forme et le fond virent ainsi au sublime, le spectateur se régale, s’émeut et sort de la salle avec l’impression d’avoir été tiré vers le haut. N’est ce pas au fond le but ultime de l’art ?

LA NOTE : 15/20

Fiche technique :
Production : A24, Plan B Entertainment, Pastel Productions
Distribution : Mars Films
Réalisation : Barry Jenkins
Scénario : Barry Jenkins d’après la pièce de Tarell Alvin McCraney
Montage : Joi McMillon
Photo : James Laxton
Décors : Hannah Beachler
Musique : Nicholas Britell
Directeur artistique : Caroline Eselin-Schaefer
Durée : 111 min

Casting :
Trevante Rhodes : Chiron « Black »
Ashton Sanders : Teen Chiron
Alex Hibbert : Chiron « Little »
André Holland : Kevin
Jharrel Jerome : Teen Kevin
Jaden Piner : Kevin (jeune)
Janelle Monáe : Teresa
Naomie Harris : Paula
Mahershala Ali : Juan

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.