L’ULTIME SENTINELLE (David Gemmell) : Longue vie John !

lultimesentinelleUn bon héros est un trésor précieux pour un écrivain. Alors quand on en tient un, autant lui faire vivre plusieurs aventures, sinon ça serait gâché ! John Shannow crée par David Gemmell est un incontestablement un, même s’il ressemble de très près au Pistolero de la Tour Sombre de Stephen King. Le revoici donc dans la deuxième partie de la trilogie Les Pierres de Sang, l’Ultime Sentinelle. Une suite qui n’est pas tout à fait à la hauteur du premier volet, mais qui fait tout de même vivre et évoluer son personnage principal.

Le gros défaut de l’Ultime Sentinelle est d’être particulièrement lent à démarrer. Pendant une bonne moitié du roman, il ne se passe pas grand chose. Heureusement, la seconde partie sera plus animée, mais on parfois l’impression que David Gemmell a mis du temps à savoir où il voulait exactement nous emmener. Du coup, le cœur du récit n’est pas si long que ça et manque un peu d’épaisseur. Mais la plume du romancier britannique est assez agréable pour nous faire passer un bon moment.

J’insiste peut-être beaucoup sur cette comparaison, mais l’Ultime Sentinelle rappelle toujours autant la Tour Sombre de Stephen King. Une œuvre assez inclassable entre science-fiction et fantasy, avec même un peu de western dedans. Mais si ce mélange n’est donc pas si original que ça, il reste assez dépaysant pour faire sortir cet univers du lot. En s’affranchissant des frontières entre genre, David Gemmell peut donner libre cours à son imagination. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il n’en manque pas !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.