L’ASCENSION : Sourire en altitude

lascensionafficheDans un monde qu’on a connu en meilleure forme, un peu de positive attitude ne fait pas de mal, loin de là. Non, je ne vous invite pas à acheter l’intégral de Laurie, mais à aller voir l’Ascension. Vous pourrez répondre que vous avez déjà vu la bande-annonce dix fois et que vous avez l’impression d’avoir déjà vu le début, le milieu et la fin. Vous n’avez pas totalement tort, mais le plaisir procuré par ce film est ailleurs. Mais il fait foutrement du bien.

Si le scénario n’a rien de surprenant, L’Ascension recèle quelques bonnes surprises. La réalisation tout d’abord. Certes, ce n’est pas du Kubrick, mais c’est plutôt bien filmé, alors que la montagne n’est pas toujours facile à mettre en image. Dans les moments les plus difficiles de cette ascension, le film prend furtivement des airs de grands films d’aventure. Il nous propose aussi des seconds rôles globalement réussis, notamment le sherpa qui accompagne le héros. Il est au final le personnage le plus intéressant du film et lui offre un petit supplément d’âme.

lascensionTout ceci nous fait oublier quelques faiblesses. L’Ascension souffre de quelques baisses de rythme, de quelques seconds rôles plus caricaturaux et de dialogues pas toujours hyper convaincants. Mais tout ceci n’est pas suffisant pour gommer l’enthousiasme communicatif d’Ahmed Sylla qui signe là des débuts au cinéma très réussis. On finit par croire cette histoire improbable mais vraie, grâce à l’énergie qu’il déploie. En effet, il en faut un minimum pour arriver au sommet de l’Everest sans aucune expérience. Qu’il fasse ça par amour ressemble un peu à un cliché rose bonbon. Mais un peu de rose bonbon de nos jours, ça n’a pas de prix !

LA NOTE : 13/20

Fiche technique :
Réalisation : Ludovic Bernard, assisté de Mathieu Thouvenot et Catherine Gambier
Scénario : Nadire Dendoune, Olivier Ducray, Ludovic Bernard 
Décors : Sébastien Inizan
Costumes : Claire Lacaze
Photographie : Yannick Ressigeac
Son : Amaury de Nexon, Jean-Paul Hurier
Montage : Romain Rioult
Musique : Lucien Papalu, Laurent Sauvagnac
Production : Philippe Roux

Casting :
Ahmed Sylla : Samy Diakhaté
Alice Belaïdi : Nadia
Nicolas Wanczycki : Jeff
Denis Mpunga : Célestin Diakhaté
Maïmouna Gueye : Évelyne Diakhaté
Amir El Kacem : Kévin
Rabah Nait Oufella : Said
Waly Dia : Alex
Fadila Belkebla : Houria (la mère de Nadia)
Umesh Tamang : « Johnny » (le Sherpa)
Rabah Naït Oufella : Saïd
Oscar Copp : Nadir

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.