LION : Slumdog CSP-

lionafficheQuand un film fait sa promotion en insistant lourdement sur un parallèle avec un autre film, on se dit généralement que c’est mal parti. On se dit qu’il n’est visiblement pas capable de trouver assez d’argument pour séduire par lui-même. Et le plus souvent, on a raison d’être méfiant. Une nouvelle preuve avec Lion qui s’est présenté lui-même comme le nouveau Slumdog Millionaire. Malheureusement pour lui, Garth Davis est loin d’avoir le talent de Dany Boyd. Le résultat n’est pas dénué d’efficacité, mais totalement formaté et sans imagination.

Lion sombre tout du long dans la facilité et ne prend aucun risque qu’il soit narratif ou artistique. Certes, l’histoire vrai dont il est tiré valait bien un film, mais il se contente ici d’exploiter a minima un pitch qui aurait pu donner une œuvre d’une toute autre ampleur. Il nous propose une sorte d’émotion obligatoire totalement insupportable, comme si nous parler d’un enfant pauvre devait forcément nous tirer des larmes. Cependant, on peut posséder un cœur et garder un minimum de sens critique pour ne rien trouver de bouleversant à cette histoire que la narration rend ici totalement cousue de fil blanc.

lionTout n’est pas forcément à jeter dans Lion. La première partie reste quand même assez réussie, sans être pour autant géniale. Garth Davis n’est pas totalement maladroit caméra en main, même s’il semble incapable de la moindre audace. Ce film souffre en fait d’une ambition démesurée par rapport à la somme de talent qui lui donne vie. Les producteurs espéraient sans doute nous offrir (et à leur compte en banque) un film à Oscars. Mais la ficelle est trop grosse. Le film laisse froid, ou du moins ne dépasse jamais une légère tiédeur. Bien loin en tout cas des températures nécessaires pour fondre une statuette dorée.

LA NOTE : 10,5/20

Fiche technique :
Production : The Weinstein Company, Screen Australia, See-Saw Films, Aquarius films, Sunstar Entertainment, Narrative Capital
Distribution : SND
Réalisation : Garth Davis
Scénario : Luke Davies, d’après le livre de Saroo Brierley
Montage : Alexandre de Franceschi
Photo : Greig Fraser
Décors : Chris Kennedy
Musique : Volker Bertelmann, Dustin O’Halloran
Costumes : Cappi Ireland
Durée : 118 min

Casting :
Sunny Pawar : Saroo enfant
Dev Patel : Saroo adulte
Nicole Kidman : Sue Brierley
David Wenham : John Brierley
Rooney Mara : Lucy
Divian Ladwa : Mantosh Brierley
Priyanka Bose : Kamla, la mère
Abhishek Bharate : Guddu, le grand frère
Tannishtha Chatterjee : Noor
Nawazuddin Siddiqui : Rawa

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.