CESSEZ-LE-FEU : Vive la paix !

cessezlefeuafficheEntre Trump, Poutine, Assad et Kim, notre époque nous donne envie de parler avant tout de paix. Un Français de ma génération ignore ce qu’est la guerre et n’a jamais craint d’en vivre une. Et c’est une chance que peu d’hommes ont eu dans l’histoire de l’humanité. Il suffit d’aller voir Cessez-le-Feu pour s’en rendre compte. Un film qui nous emmène dans les années 20 et nous raconte l’impossible retour à la réalité quand on a connu l’horreur absolue des tranchées.

Le traumatisme lié à la guerre est un sujet classique du cinéma. Mais avant tout une cinéma hollywoodien qui a souvent traité la question à propos de la guerre du Vietnam et plus récemment à propos de la guerre en Irak. En France, il a rarement été au cœur des scénarios pourtant nombreux ayant trait à la Première ou la Deuxième Guerre Mondiale. Du coup, le propos de Cessez-le-Feu a au moins le mérite d’explorer de sortir le cinéma français de sa zone de confort, ce qui est suffisamment pour être signalé. Cela restera le grand mérite de ce film qui est loin d’être parfait par ailleurs.

cessezlefeuCessez-le-Feu souffre de quelques longueurs et surtout d’une fin que j’ai trouvé un peu trop mélodramatique, quand le reste de film avait brillé plutôt par sa subtilité. On le suit avec un intérêt certain, mais un intérêt raisonnable et pas aussi émotionnel que ce qu’aurait pu faire espérer le sujet. Au final, on est plus intéressé qu’ému. Ce n’est pas une raison pour ne pas saluer la triple performance de Romain Duris, de Céline Salette et Grégory Gadebois. Ils incarnent leurs personnage respectif avec force et conviction. En tout cas, ils auront eu l’immense mérite à travers ce film de nous rappeler la valeur de la paix.

LA NOTE : 12,5/20

Fiche technique :
Réalisation : Emmanuel Courcol
Scénario : Emmanuel Courcol
Direction artistique : Mathieu Menut
Costumes : Stephan Rollot et Édith Vesperini
Photographie : Tom Stern et Yann Maritaud
Son : Pascal Armant et Sébastien Marquilly
Montage : Guerric Catala et Géraldine Rétif
Musique : Jérôme Lemonnier
Production : Christophe Mazodier ; Céline Chapdaniel
Durée : 103 minutes

Casting :
Romain Duris : Georges Laffont
Grégory Gadebois : Marcel
Céline Sallette : Hélène
Maryvonne Schiltz : Louise
Wabinlé Nabié : Diofo
Julie-Marie Parmentier : Madeleine
Arnaud Dupont : Philippe
Yvon Martin : Fabrice
Armand Éloi : Debaecker
Fabrice Eberhard : Lavandier
Mathilde Courcol-Rozès : Angèle

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.