WONDER WOMAN : No wonder here

wonderwomanafficheLe monde est parfois divisé en deux camps que certains considèrent comme irréconciliables. Coca contre Pepsi. Les Beatles contre les Rolling Stones. Fromage contre dessert. Star Wars contre Star Trek. Marvel contre DC. Pour ce dernier duel, la bataille a eu lieu pendant plusieurs décennies dans les rayons des marchants de bande-dessinées. Désormais, cette guerre sans merci se poursuit au cinéma. Mais sur ce terrain, le premier a pris un large ascendant. Pour nouvelle preuve, Wonder Woman, une production DC qui souffre de trop de tares pour redonner l’avantage à son camp.

Pas où commencer pour citer tout ce qui ne va pas chez Wonder Woman. Commençons par le plus impardonnable. Certains effets spéciaux sont vraiment médiocres, nous ramenant au mieux dans les années 90. Mais l’œil du spectateur de 2017, surtout l’amateur de ce genre de productions, ne peut plus passer outre. Surtout que ce n’est pas le scénario qui viendra lui faire oublier cette médiocrité visuelle. On ne s’ennuie pas certes, mais le résultat est sans surprise… Surtout que le principal retournement de situation est totalement prévisible. Les méchants sont surtout bien trop fades pour donner de l’ampleur à ce film de super-héros, genre qui nécessite souvent avant tout de grands super-vilains.

wonderwomanLe pire reste cependant le choix de DC d’écarter tout second degré et rester désespérément sérieux. Ainsi, il projette la Reine des Amazones en jupette au XXème siècle sans la moindre dérision. Cette prétention désespérante fait que l’on ne voit aucune raison d’être clément vis-à-vis des défauts cités plus haut. Allons plutôt revoir les Gardiens de la Galaxie 2. Le seul élément qui sauverait presque le film se nomme Gal Gadot. Elle est tout d’abord incroyablement, mais alors incroyablement belle, mais pas que. Il se dégage d’elle et de son regard quelque chose de rare. Elle parvient ainsi à nous faire croire à son personnage, malgré le ridicule qui lui pend au nez. On attend avec impatience qu’elle laisse tomber la jupette (et la série Fast and Furious) pour des rôles plus valorisants !

LA NOTE : 8/20

Fiche technique :
Réalisation : Patty Jenkins
Scénario : Allan Heinberg et Geoff Johns, d’après une histoire d’Allan Heinberg et Zack Snyder, d’après les personnages créés par William Moulton Marston
Direction artistique : Steve Carter, Stuart Kearns, Dominic Masters et Remo Tozzi
Décors : Aline Bonetto
Costumes : Lindy Hemming
Photographie : Matthew Jensen
Montage : Martin Walsh
Musique : Rupert Gregson-Williams
Production : Charles Roven, Deborah Snyder, Zack Snyder et Richard Suckle
Durée : 141 minutes

Casting :
Gal Gadot : Diana Prince / Wonder Woman
Chris Pine : Steve Trevor
Robin Wright : la générale Antiope
Connie Nielsen : la reine Hippolyte
Danny Huston : le général Erich Ludendorff
David Thewlis : Sir Patrick Morgan
Elena Anaya : Isabel « Dr Poison » Maru
Lucy Davis : Etta Candy
Saïd Taghmaoui : Sameer
Ewen Bremner : Charlie
Eugene Brave Rock : Chef
Lisa Loven Kongsli : la lieutenante Menalippe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.