UNE VIE VIOLENTE : Le combat en héritage

unevieviolenteafficheLa Corse est très certainement un des plus beaux endroits au monde et l’île mérite amplement son surnom. Ses particularités constituent aussi une source d’histoires dans laquelle il semble assez facile de puiser. Pourtant, elle n’irrigue finalement pas tant que ça la littérature ou le cinéma. Peut-être que le sujet fait peur. En tout cas, Thierry de Peretti a décidé de l’attaquer de front avec Une Vie Violente. Un récit franc et direct sur la manière dont la jeunesse insulaire est confrontée à l’histoire et aux combats menés par leurs aînés. Face à ce lourd héritage, chacun est obligé de faire des choix et la neutralité semble impossible.

Une Vie Violente est librement inspiré de la vie d’un militant nationaliste mort assassiné en 2001. Mais au-delà de cela, on sent que Thierry de Peretti, né à Ajaccio, a mis un petit peu de lui-même dans ce film. Il cherche clairement à décrire la situation de manière la plus réaliste possible et avec une certaine volonté pédagogique. Il est vrai que le propos est particulièrement éclairant sur la complexité du combat nationaliste corse, parcouru de dissensions internes, qui paraissent assez obscures vues du continent et du journal de TF1. A ce niveau, le film atteint parfaitement son but.

unevieviolenteUne Vie Violente est également soutenu par une réalisation qui vient amplifier la tension du récit. On se souviendra notamment du plan séquence final, qui place le spectateur dans une interminable attente avant de… Non, évidemment, je ne dirai rien ! Le film fonctionne aussi grâce à Jean Michelangeli qui donne vie à un personnage loin de tous les clichés sur les « bandits » corses, comme ceux que l’on avait pu voir dans la série Mafiosa par exemple. Un film donc indispensable à ceux qui s’intéressent de près ou de loin à l’Ile de Beauté.

LA NOTE : 13/20

Fiche technique :
Réalisation : Thierry de Peretti
Scénario : Thierry de Peretti et Guillaume Bréaud
Décors : Toma Baqueni
Costumes : Rachèle Raoult
Photographie : Claire Mathon
Montage : Marion Monnier
Musique : Frédéric Junqua
Durée : 113 minutes

Casting :
Jean Michelangeli : Stéphane
Henry-Noël Tabary : Christophe
Cédric Appietto : Michel
Marie-Pierre Nouveau : Jeanne
Délia Sepulcre-Nativi : Raphaëlle
Dominique Colombani : François
Paul Garatte : Marc-Antoine
Jean-Étienne Brat : Micka
Anaïs Lechiara : Vanessa
Paul Rognoni : Maître Patrice Guidicelli

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.