CA : Haute fidélité

caafficheL’adaptation du roman de Stephen King Ca pour la télévision américaine a donné lieu au plus célèbre des téléfilms de l’histoire. Mais sa relative médiocrité et les libertés prises par rapport à l’histoire originale ont toujours laissé insatisfait les amoureux de ce monument de la littérature d’horreur. C’est donc avec une joie fébrile qu’ils ont eu connaissance d’une adaptation cinématographique enfin digne de ce nom en préparation. Comme moi, ils se sont rendus en salle plein d’espoir et de crainte… pour finalement en ressortir soulagé, mais pas encore totalement enthousiasmé.

L’adage qui veut que le livre est toujours meilleur que le film se vérifie une nouvelle fois, bien que je conteste fortement sa véracité absolue. En fait, Ca est victime d’un choix fondamental d’adaptation qui se comprend complètement cinématographiquement parlant, mais qui ampute l’histoire d’un de ses intérêts principaux. En adoptant une narration chronologiquement linéaire, et non en parallèle entre deux époques, le film se prive d’un des éléments qui fait la force du roman de Stephen King. Mais une fois ce choix fait, le réalisateur argentin Andres Muschietti s’en sort plutôt bien.

caAu-delà du choix évoqué précédemment, le scénario cherche vraiment à être fidèle en tout point à l’œuvre originale, que ça soit au niveau des événements que des personnages. Les fans apprécieront… et les autres aussi car si le livre n’a pas connu un tel succès pour rien. On retrouve la réflexion sur l’adolescence et le passage à l’âge adulte qui marquent tant le roman. Et tout cela est amené intelligemment, en bon équilibre avec les passages d’horreur pure auquel on pourrait peut-être reproché un trop grand classicisme. On touche là la limite de l’exercice. Andres Muschietti s’applique avec talent à nous livrer un film fidèle à l’œuvre d’un autre. En tant que tel, le film n’a donc rien de personnel et ça se ressent. Mais personnellement, j’ai été heureux de voir enfin à l’écran de manière aussi réussie cette histoire qui m’a tant marqué lorsque je l’ai lue adolescent. Et je sais que je ne suis pas le seul !

LA NOTE : 13/20

Fiche technique :
Réalisation : Andrés Muschietti
Scénario : Gary Dauberman, Cary Fukunaga, Chase Palmer, adapté du roman Ça de Stephen King
Direction artistique : Peter Grundy
Décors : Rosalie Board
Costumes : Janie Bryant
Photographie : Chung Chung-hoon
Montage : Jason Ballantine
Musique : Benjamin Wallfisch
Production : Roy Lee, Dan Lin, Seth Grahame-Smith, David Katzenberg et Barbara Muschietti
Durée : 135 minutes

Casting :
Bill Skarsgård : Grippe-Sou le clown dansant
Jaeden Lieberher : William « Bill » Denbrough
Jeremy Ray Taylor : Benjamin « Ben » Hanscom
Sophia Lillis : Beverly « Bev » Marsh
Finn Wolfhard : Richard « Richie » Tozier
Wyatt Oleff : Stanley « Stan » Uris
Chosen Jacobs : Michael « Mike » Hanlon
Nicholas Hamilton : Henry Bowers
Jack Dylan Grazer : Edward « Eddie » Kaspbrak
Jackson Robert Scott : Georgie Denbrough
Owen Teague : Patrick Hockstetter
Logan Thompson : Victor « Vic » Criss
Jake Sim : Reginald « Belch » Huggins
Javier Botet : Le lépreux
Tatum Lee : Judith
Steven Williams : Leroy Hanlon
Stephen Bogaert : Alvin Marsh
Geoffrey Pounsett : Zack Denbrough
Pip Dwyer : Sharon Denbrough

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.