CHAMPIONS : Moral de vainqueurs

championsafficheLe handicap est un sujet particulièrement périlleux dans lequel un scénariste a vite fait de se prendre les pieds. On peut facilement tomber dans un pathos lourdingue et une émotion tellement facile et forcée qu’elle n’émeut pas une seule seconde. Cependant, il peut aussi nous offrir de très beaux moments de cinéma. On peut penser alors à Intouchables, un des plus grands succès de l’histoire du cinéma français. Je pencherai plutôt pour Hasta la Vista, un film belge, sorti la même année et tout aussi inoubliable. Champions est-il un film du même acabit ? Malheureusement non ! Il n’empêche qu’il nous offre un bien agréable moment.

Le handicap mental renforce encore les écueils sur lesquels un scénario peut s’échouer, comparé au handicap physique. Champions y échappe quasiment tout du long grâce à ses personnages. Si on s’attache terriblement à cette équipe réellement hors du commun, ce n’est pas par pitié. Jamais ce sentiment ne naît dans l’esprit du spectateur. Non, c’est bien les personnalités des protagonistes aussi diverses qu’affirmées qui nous charment et nous font dire que l’on a fait de belles rencontres à travers ce film. Au final, le handicap devient presque secondaire, même s’il demeure évidemment central. Tout cela est filmé avec une infinie tendresse et beaucoup d’humour par Javier Fesser. Il est vraiment difficile de rester indifférent, combien même on n’a aucune affinité pour la grosse balle orange.

championsChampions finit malheureusement par tomber dans les pièges qu’il avait si brillamment évité tout du long. La conclusion baigne un peu dans un sirop un rien écœurant de bons sentiments un peu trop gros pour être honnêtes. Cela vient soudainement alourdir le tout et surtout ne respecte plus du tout le regard assez fin que le scénario posait jusqu’alors sur son sujet. Pas de quoi gâcher tout le plaisir ressenti auparavant, loin de là, mais tout de même assez pour laisser sur impression bêtement mitigée. En effet, on aurait vraiment aimé une jolie conclusion loin des clichés attendus et faciles. Cette panne d’inspiration finale est regrettable, mais c’est tout de même avec grand regret que l’on quitte cette équipe de véritables champions.

LA NOTE : 12,5/20

Fiche technique :
Réalisateur : Javier Fesser
Producteurs : Películas Pendelton, Morena Films et Movistar+, TVE et Universal Pictures International Espagne
Photographie : Chechu Graf
Musique : Rafael Arnau
Sortie en Espagne : 6 avril 2018
Sortie en France : 6 juin 2018
Musique originale : Rafael Arnau

Casting :
Javier Gutiérrez Álvarez : Marco Montes
Juan Margallo : Julio
Athenea Mata : Sonia
Luisa Gavasa : Amparo
Daniel Freire : Paco Carrascosa, l’entraîneur de l’Estudiantes Madrid
Itziar Castro : la mère du basketteur Jesús
Jesús Vidal : Marín, le contrôleur de parking
Gloria Ramos : Collantes,
José de Luna, Sergio Olmo, Jesús Lago, Fran Fuentes, Roberto Chinchilla, Stefan López, Julio Fernández, Alberto Nieto Fernández

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.