LA DISPARITION DE PEREK (Hervé le Tellier) : Joli Pouple froid

ladispartiondeperekLecture récurrente chez moi, un roman de la série le Poulpe. Il m’en reste encore une petite dizaine à lire donc j’aurais encore l’occasion de vous repasser encore le même plat. Mais les mollusques sont comme tout, il existe moult façons de les préparer. Surtout quand le cuisinier change à chaque recette. Ici Hervé le Tellier, un auteur à la carrière littéraire solide, et qui nous offre donc un épisode, la Disparition de Perek, particulièrement bien écrit. A défaut d’être le plus imaginatif et le plus passionnant.

La Disparition de Perek n’est pas parcouru par cet humour un peu désabusé qui caractérise beaucoup d’épisodes de la série. Le personnage principal ne nous fait que très part au spectateur de ses pensées et le récit perd là une dimension qui fait souvent le charme de ces courts récits. Ce volet aurait pu en fait s’insérer dans un autre série que le Poulpe sans trop de soucis. On perd ici ce qui fait la singularité de ce vrai-faux détective à nul autre pareil. L’amateur éclairé aura donc un peu de mal à y trouver totalement son compte.

Comme je l’ai écrit plus haut, la Disparition de Perek est par contre écrit dans un style très agréable, d’un niveau littéraire supérieur à la moyenne de cette série. Cela ne fait évidemment qu’amplifier nos regrets que cette qualité ne vienne pas au soutien d’un récit beaucoup plus original, pour ne pas dire intéressant. L’intrigue policière en elle-même se laisse lire, mais n’a rien d’inoubliable. Le tout donne un résultat assez neutre. Ni totalement bon, ni vraiment mauvais, mais qui ne laisse que peu de trace dans l’esprit du lecteur. Heureusement, vu sa brièveté, il ne lui aura pas pris trop de son temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.