LES ENFANTS DE LA MER : Salade de poissons

lesenfantsdelamerafficheQue l’on ne comprenne pas tout d’une œuvre particulièrement ésotérique ne constitue pas forcément en soi un problème. Au contraire, cela peut même constituer une réelle qualité quand le spectateur prend plaisir à se perdre dans une histoire dont il ne saisit pas tous les tenants et les aboutissants, mais qui le fait rêver, réfléchir ou l’émerveille. Le souci intervient quand l’histoire ne procure aucune de ces sensations. L’ennui n’est alors jamais très loin. C’est bien elle qui m’a saisi devant les Enfants de la Mer, un film d’animation japonais aux allures de fable, mais qui m’a laisse totalement froid, pour ne pas dire glacé.

Les Enfants de la Mer nous propose pourtant une histoire riche. Elle dévoile chacune de ses dimensions une à une, laissant au spectateur le temps de s’y immerger progressivement. Mais sans doute, le problème est-il justement de cette accumulation de strates narratives qui finissent par ne plus avoir de lien solide entre elles. On comprend vaguement qu’elles délivrent un seul et même message. Cependant, le tout reste quelque peu confus et bien des événements surviennent sans que l’on en saisisse bien le pourquoi. Du coup, on reste largement imperméable à la philosophie qui essaye d’émerger tant bien que mal de l’ensemble. Sans doute n’avais-je pas tous mes chakras d’ouverts ce jour-là.

lesenfantsdelamerGraphiquement, les Enfants de la Mer est par contre vraiment sublime. Les personnages notamment ont une palette d’expressions assez rares dans l’animation japonaise. On est très loin du cliché du manga où tous les protagonistes se ressemblent, même si c’est quand même rarement le cas pour les longs métrages. Dommage que la poésie du dessin ne soit pas rentrée en synergie avec la poésie clairement recherché du propos. Cela aurait pu donner un résultat bouleversant et non un méli-mélo mal défini d’éléments ésotériques disparates. Tout cela est sans doute aussi une question de sensibilité personnelle. En tout cas, ce film n’a vraiment pas touché la mienne.

LA NOTE : 08/20

Production :
Production : Studio 4°C
Distribution : Eurozoom
Réalisation : Ayumu Watanabe
Scénario : Daisuke Igarashi, adapté de son manga
Musique : Joe Hisaishi, Kenshi Yonezu
Directeur artistique : Shinji Kimura
Durée : 111 min

Casting :
Mana Ashida : Ruka
Hiiro Ishibashi : Umi
Seishu Uragami : Sora
Win Morisaki : Angura-do
Yu Aoi : Azumi Kanako
Min Tanaka : Jimu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.