HORS NORMES : L’humain d’abord

horsnormesafficheConnaître un jour dans sa carrière d’artiste un immense succès représente évidemment avant tout une chance, que chaque créateur, qu’il l’avoue ou non, rêve d’avoir. Cependant, c’est également potentiellement aussi comme une malédiction, car l’artiste se trouver renvoyer encore et toujours à cette œuvre. Avec l’incroyable succès d’Intouchables, Eric Toledano et Olivier Nakache ont acquis un statut à part dans le cinéma français. Mais on attend désormais d’eux qu’il fasse aussi bien (si cette expression a un sens). Avec le Sens de la Fête, ils sont déjà parvenus à connaître un nouveau grand succès dans un style un peu différent. Avec Hors Normes, ils reviennent à ce qu’ils savent faire le mieux, comme s’ils ne pouvaient s’en éloigner trop longtemps. Mais force est de constater que le succès risque d’être à nouveau au rendez-vous.

La grande force d’Eric Toledano et Olivier Nakache reste leur capacité à ne jamais confondre les bons et les beaux sentiments. Hors Normes n’est certainement pas un film qui se contente d’une émotion facile. C’est un film humaniste, au sens profond du terme, rempli de personnages à qui l’histoire donne une véritable épaisseur, sans les enfermer dans un rôle précis et encore dans leur handicap quand ils en ont un. Le tout est porté par des intrigues multiples qui créent une vraie tension narrative constante. Bref, ce n’est ni larmoyant, ni contemplatif et on passe un vrai bon moment plein de rires, de larmes, de découvertes et de jolies rencontres. Il faut beaucoup de talent pour parvenir à faire ça avec un sujet qui tendait une multitude de pièges à celui comptant s’y attaquer.

horsnormesL’avantage de bénéficier d’une réputation comme celle d’Eric Toledano et Olivier Nakache est de pouvoir facilement compter sur un casting de très haut niveau. Rassembler à l’écran Vincent Cassel et Reda Kateb représenterait pour beaucoup de réalisateurs un rêve relativement inaccessible. Dans Hors Normes il devient réalité. Les deux hommes font preuve d’une complicité rare à l’écran. Une complicité qui rappelle celle d’un autre duo d’acteurs dirigé par le même duo de réalisateurs. Mais c’est tout le casting qui est à saluer et pas seulement celui des acteurs professionnels. Dans ce film, il n’y a que des acteurs tout court, que des acteurs formidables, merveilleusement bien dirigés, que des grands rôles pour de grands personnages. C’est ce qui fait la grandeur de ce film dont on ressort enthousiaste, croyant un peu plus fort à la capacité de certains individus à s’engager pour faire le bien. On l’est par contre un peu moins sur la capacité de notre société à faire face avec les moyens nécessaires à la différence.

LA NOTE : 14/20

Production : Quad Films, Ten Cinema
Réalisation : Eric Toledano, Olivier Nakache
Scénario : Eric Toledano, Olivier Nakache
Montage : Dorian Rigal-Ansous
Photo : Antoine Sanier
Distribution : Gaumont
Musique : Grandbrothers
Directeur artistique : Patrick Schmitt
Durée : 115 min

Casting :
Vincent Cassel : Bruno
Reda Kateb : Malik
Hélène Vincent : Hélène
Bryan Mialoundama : Dylan
Benjalin Lesieur : Joseph

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.