TERMINATOR : DARK FATE : Place aux femmes

terminatordarkfateafficheCertaines franchises passent du culte à l’oubli et l’indifférence à force de s’étirer encore et encore. La sortie de Terminator : Dark Fate est très loin d’avoir eu le même retentissement que la sortie de Terminator 2 en 1991. On peut même parler d’une certaine indifférence. Il faut dire que la qualité cinématographique de ces deux films n’a vraiment rien de comparable. Mais faut-il pour autant jeter ce sixième volet d’une saga qui n’est pas (plus) vraiment une ? Pas forcément ! En effet, on assiste tout de même à un agréable divertissement, qui sait jouer avec malice sur la nostalgie et l’humour. On ne retrouve pas les émotions de l’époque, mais au moins passe-t-on un bon moment.

Si les trois premiers volets de la saga Terminator formait un tout cohérent, les trois autres qui ont suivi ne cherchent plus forcément à éviter les contradictions avec les autres épisodes. Par exemple, ce Terminator : Dark Fate n’est guère compatible avec les événements décrits dans le troisième volet. Mais qu’importe au fond. On est plutôt devant une variation sur le même thème et c’est un exercice tout à fait respectable. Une fois qu’on l’a admit, on peut simplement apprécier ce film d’aventures rythmé, qui va droit au but et qui nous offre quelques jolies scènes d’action. Rien de révolutionnaire, mais une efficacité qui permet d’y trouver ce que l’on pouvait raisonnablement espérer du sixième volet d’une telle saga.

terminatordarkfateTerminator : Dark Fate laisse une large place aux femmes, qui prennent les choses en main. C’est avec un vrai plaisir que de retrouver Linda Hamilton dans le rôle de Sarah Connor. Le poids des années n’ont fait que rendre son personnage encore plus « badass ». A ses côtés, le duo Mackenzie Davis et Natalia Reyes montrent que les personnages féminins conviennent tout aussi bien pour ce genre de film. Evidemment, on est aussi heureux de retrouver notre bon vieux Arnold Schwarzenegger, qui sait toujours faire preuve de beaucoup d’ironie et de second degré par rapport aux rôles qui ont fait sa légende. Tout ce petit monde contribue à la relative réussite de ce film qui se laisse regarder avec un plaisir non feint.

LA NOTE : 12,5/20

Fiche technique :
Réalisation : Tim Miller
Scénario : David S. Goyer, Justin Rhode et Billy Ray, d’après une histoire de James Cameron, Charles Eglee, Josh Friedman, David S. Goyer et Justin Rhodes, d’après les personnages créés par James Cameron et Gale Anne Hurd
Direction artistique : Sonja Klaus
Décors : Monica Alberte, David Bryan, Luke Edwards, Alejandro Fernández, Claire Fleming, Florian Müller, Tom Still et Lucienne Suren
Costumes : Ngila Dickson
Photographie : Ken Seng
Montage : Julian Clarke
Musique : Junkie XL
Production : James Cameron, David Ellison, Dana Goldberg et Don Granger
Producteur délégué : Bonnie Curtis, John J. Kelly et Julie Lynn
Durée : 128 minutes

Casting :
Linda Hamilton : Sarah Connor
Arnold Schwarzenegger : le Terminator T-800 (modèle 101) surnommé « Carl »
Mackenzie Davis : Grace
Natalia Reyes : Daniela « Dani » Ramos5
Gabriel Luna : le Terminator Rev-9
Diego Boneta : Diego Ramos
Stephanie Gil : Grace, jeune
Enrique Arce : M. Ramos

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.