MARTIN EDEN : Les routes du paradis

martinedenafficheLe récit d’apprentissage est un grand classique, même si on pense vite à un roman du 19ème siècle. Cependant, ce thème continue de nous offrir encore et toujours de nouvelles histoires et on peut ranger de nombreux films dans cette catégorie. Dernier en date, Martin Eden, un film italien qui nous conte le parcours d’un jeune homme sans éducation qui va vouloir s’élever intellectuellement et par la même occasion socialement. Une récit assez classique, mais qui brille par la qualité de son personnage principal, mais qui souffre d’une forme un peu désuète.

Ce type d’histoire repose forcément de manière quasi exclusive sur son personnage principal. Ce n’est pas par hasard si le film porte simplement son nom. Ce n’est pas tant par son caractère initial que par son évolution qu’il nous fascine et nous pousse à le suivre dans son apprentissage. Martin Eden est un portrait extrêmement vivant et toujours en mouvement. Rien dans ce personnage n’est statique, tout est toujours en construction, du coup jamais le film n’est contemplatif. Il dégage un mélange de force et de faiblesse qui le rend profondément humain et donne son équilibre au film. Il restera une figure marquante de cette année cinématographique.

martinedenDans la forme par contre, Martin Eden ressemble plus à un téléfilm des années 80 qu’à un long métrage d’aujourd’hui. La photographie est très pauvre et la réalisation de Pietro Marcello est dénuée de toute imagination ou prise de risque. Certes, on se retrouve ainsi forcé de se concentrer sur l’essentiel, notamment la superbe performance de Luca Marinelli. Mais cela crée une petite voix dans la tête du spectateur l’empêchant de profiter pleinement du reste. Pas suffisant pour tout gâcher, mais assez pour ne pas donner au film toute la dimension qui aurait pu être la sienne. Que ce personnage riche de ses imperfections donne un film lui aussi imparfait n’est-il pas finalement logique.

LA NOTE : 12,5/20

Fiche technique :
Production : Avventurosa, Rai cinema, Shellac sud, IBC Movie, Match Facotry, Arte
Distribution : Shellac
Réalisation : Pietro Marcello
Scénario : Pietro Marcello, Maurizio Braucci, roman de Jack London
Montage : Fabrizio Federico, Aline Hervé
Photo : Alessandro Abate, Francesco di Giacomo
Musique : Marco Messina, Sacha Ricci
Durée : 128 min

Casting :
Luca Marinelli : Martin Eden
Jessica Cressy : Elena Orsini
Carlo Cecchi : Russ Brissenden
Vincenzo Nemolato : Nino
Marco Leonardi : Bernardo Fiore
Denise Sardisco : Margherita

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.