THE KING OF STATEN ISLAND : King of summer

thekingofstatenislandafficheJudd Appatow est pour moi une des réalisateurs contemporains les plus déconsidérés par rapport à son immense talent. La faute à des films qui ne rentrent pas des une case prédéfinie. Ni réellement comédie, ni vraiment film social, son style se situe entre Woody Allen et les frères Farrelly. Les inconditionnels de ces deux styles n’y trouvent pas leur compte, surtout s’ils s’attendaient à autre chose. The King of Staten Island a cette fois-ci rencontré un beau succès critique. Malheureusement, il sort dans une période vraiment particulière et terriblement défavorable. Du coup, un grand nombre de spectateurs passeront à côté de ce qui restera peut-être comme le meilleur film de cet été (bon ok, en attendant Nolan…).

The King of Staten Island est un film portrait. Celui d’un jeune homme un peu paumé, qui ne sait pas trop quoi faire de sa vie. Le reste sera un parcours d’apprentissage finalement assez classique, mais mené ici avec une grande intelligence. La narration est tout d’abord remarquable, en dévoilant progressivement toutes les facettes du personnage et donc de l’histoire. Elle promet dans les premiers instants d’être assez simplistes et convenues, mais on en découvre vite toute la subtilité et la réelle profondeur. Les évolutions s’avèrent crédibles dans leur mesure. Elles ne sont jamais gratuites et on adhère totalement un message humaniste et positif qui se dégage de cet excellent long métrage.

thekingofstatenislandThe King of Staten Island nous offre une vraie et belle révélation. Celle de Pete Davidson, venue de la télévision américaine et qui tient là son premier grand rôle au cinéma. Il incarne son personnage avec un naturel déconcertant et talent qui ne l’est pas moins. Si j’ai une admiration sans borne pour Judd Appatow, je dois reconnaître que son film n’aurait pas été aussi réussi sans son acteur principal. Mais le reste du casting n’est pas à oublier, y compris quelques apparitions sympathiques, comme celle notamment de Steve Buscemi, dont la présence à l’écran est toujours un régal sans borne. Il prend donc facilement sa place dans ce film qui est déjà un régal à lui tout seul.

LA NOTE : 14/20

Fiche technique :
Réalisation : Judd Apatow
Scénario : Judd Apatow, Pete Davidson et Dave Sirus
Décors : David Schlesinger
Costumes : Sarah Mae Burton
Photographie : Robert Elswit
Montage : Jay Cassidy, William Kerr et Brian Scott Olds
Musique : Michael Andrews
Producteur : Judd Apatow et Barry Mendel
Durée : 136 minutes

Casting :
Pete Davidson : Scott Carlin
Bel Powley : Kelsey
Ricky Velez : Oscar
Lou Wilson : Richie
Moises Arias : Igor
Marisa Tomei : Margie
Maude Apatow : Claire Carlin
Pauline Chalamet : Joanne
Kevin Corrigan : Joe
Bill Burr : Ray
Steve Buscemi : Papa

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.