LA VIE SECRETE D’UNE MERE INDIGNE (Fiona Neill) : Moralement médiocre

laviesecretedunemereindigneAyant tout juste dépassé l’âge canonique de 40 ans, il est normal que les histoires portant sur la fameuse « mid-life crisis » me parle un minimum. Effectivement, c’est un moment dans son existence où on est amené à se poser bien des questions. Bon, quand le récit tourne autour de la vie de couple après de nombreuses années de mariage, je me sens un tantinet moins concerné. C’est peut-être pour cela que je n’ai guère apprécié la Vie Secrète d’une Mère Indigne de Fiona Neill. Il était assez évident qu’il ne s’agissait pas de grande littérature. Mais je ne m’attendais pas forcément à une morale aussi convenue.

Un couple, un membre fait une rencontre « troublante » et voici venir la tentation de l’adultère. Voilà comment on pourrait résumer la Vie Secrète d’une Mère Indigne. Une situation assez classique, sauf qu’ici tout cela sera traité de manière très superficielle pour vanter simplement à la fin le bonheur de vivre avec un con, mais un con qu’on aime et avec qui on est lié par les liens sacrés du mariage. Tout ça pour ça ? Et bien oui. Et comme les à côtés de l’histoire sont parfois sympathiques, mais sans plus, il n’y a pas beaucoup de raisons de trouver un intérêt à ce roman.

Heureusement, la Vie Secrète d’une Mère Indigne est sauvé par deux choses. D’abord, le style de Fiona Neill est très vivant et léger. Définitivement pas de la grande littérature, mais pour une lecture d’été, cela passe tout seul. Ensuite, le personnage principal par sa maladresse et ses gaffes à répétition nous inspire assez de sympathie pour nous accrocher un minimum au récit. Elle rappelle beaucoup Bridget Jones ou l’Accro du Shopping, mais on lui pardonne malgré tout ce manque d’originalité flagrant. On pardonne un peu moins par contre la médiocrité globale de l’œuvre à son auteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.