POISSONSEXE : OVNI marin

poissonsexeafficheQuand on va voir un film intitulé Poissonsexe, on s’attend évidemment à assister à un OVNI cinématographique. Si au final, le film ne vient pas de la planète Mars, il ressemble tout de même à une fable assez improbable, mais non dénuée de poésie. Une œuvre réalisée avec quelques bouts de ficelle, de l’imagination et un joli casting. Le résultat ravira les amateurs de longs métrages décalés et sympathiques. Et les amoureux d’India Hair (c’est mon cas, mais chuuuut!) auront les yeux qui pétilleront quelque peu.

Poissonsexe est une réflexion sur les rapports humains et leur détérioration dans la société actuelle. Le film nous emmène dans un futur où les poissons auraient presque totalement disparu car ils refuseraient de se reproduire. On comprendra vite que cette névrose touche largement les humains également. Tout cela sera agrémenté par quelques péripéties savoureuses et une histoire d’amour pleine de tendresse. Le scénario est parfois bancal, pas toujours totalement abouti, mais si on se laisse porter, on passe tout de même un joli moment. Le spectateur a une envie de se montrer très indulgent et oublier les faiblesses du film, qui est parvenu malgré tout à gagner toute sa sympathie.

poissonsexePoissonsexe réunit à l’écran India Hair et Gustav Kervern. Soit deux comédiens absolument parfaits pour une ambiance poétique et décalée. Sans mauvais jeu de mot (bah si avec en fait…), ils semblent comme deux poissons dans l’eau dans ce film. La réalisation d’Olivier Babinet est sans grande ambition, mais elle participe tout de même à faire naître l’élan de sympathie ressenti par le spectateur. Proposer quelque chose d’assez inattendu et d’original n’est pas donné à tout le monde. Ce film a au moins ce mérite. Et rien que pour cela, on peut tout de même le saluer et oublier quelque peu ses faiblesses.

LA NOTE : 11/20

Fiche technique :
Réalisation : Olivier Babinet
Scénario : Olivier Babinet et David Elkaïm
Photographie : Timo Salminen
Production : Masa Sawada
Société de production : Comme des Cinémas
Montage : Isabelle Devinck, Sylvie Lager et Albertine Lastera
Musique : Jean-Benoît Dunckel
Durée : 88 minutes

Casting :
Gustave Kervern : Daniel Luxet
India Hair : Lucie
Ellen Dorrit Petersen : Eeva Kukkola
Okinawa Valérie Guerard : Bao
Alexis Manenti : Eric
Sofian Khammes : Alaïd
Jean-Benoît Ugeux : Georges
Edson Anibal : Abou
Justin Eng : Jérémie
Jerry Di Giacomo : Thomas Von Bagh

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.