CHRONIQUE DES JO DE TOKYO : JOUR 10: Histoire de famille

(Photo by Attila KISBENEDEK / AFP)

Depuis le début des Jeux Olympiques, je m’efforce de montrer comment derrière chaque médaille, il y a une histoire. Regarder les Jeux Olympiques ne revient pas qu’à regarder des compétitions sportives, c’est aussi découvrir toutes sortes d’histoire. Et forcément, dans cette diversité, il y a des histoires de famille. Celle de la famille Manaudou aura marqué l’histoire du sport français ces vingt dernières années, avec sept médailles olympiques à eux deux, dont une médaille d’or chacun. Ils resteront pour longtemps les plus grandes stars de l’histoire de la natation française. Par leur histoire (on y revient), leur personnalité et évidemment leur formidable palmarès.

La médaille d’argent remporté ce matin par Florent Manaudou n’a rien d’ordinaire. Au-delà de l’histoire de la famille, il nous a rejoué l’histoire de l’improbable retour, un autre grand classique indémodable. Quand il a annoncé sa volonté de se mettre… au handball après les Jeux Olympiques de Rio, la plupart des commentateurs (moi le premier) considérait que cela mettait fin à sa carrière sportive au plus haut niveau. Comme attendu, il n’a pas réussi à accéder à l’élite du handball, car on n’atteint pas ce niveau en débutant une carrière à un âge aussi avancé, quelles que soient ses qualités physiques de départ.

Quand il a annoncé son retour à la piscine en vu des Jeux Olympiques de Tokyo, les réactions furent plutôt septiques. En effet, la natation est un sport trop exigeant pour souffrir une si longue pause. D’ailleurs, les résultats très moyens et l’absence de progression apparente ont d’abord laissé penser que sa chance était passée. Mais voilà, Florent Manaudou a quelque chose qui ne s’acquière pas par l’entraînement… un immense talent. Sa médaille est celle de la classe à l’état pure, qui fait la différence sur ses adversaires qui n’y peuvent rien. Evidemment, il y a un travail énorme derrière. Mais à travail égal, il possède ce petit truc qui fait toute la différence.

Florent Manaudou a sauvé la natation française d’un zéro pointé qui l’aurait renvoyée plus de vingt ans en arrière, à Atlanta pour être précis, en 1996. Mais ce retrait des nageurs tricolores n’est qu’un retour à la normale par rapport à l’histoire de ce sport, où notre pays n’a jamais brillé. N’oublions pas que le titre de Laure Manaudou en 2004 n’était que la deuxième médaille d’or en natation de l’histoire de notre pays. Une seule médaille d’or pour tout le XXème siècle donc. L’abondance connue au début du XXIème est l’exception, pas la règle.

Grâce notamment à des sportifs d’exception comme Laure et Florent Manaudou.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.