ADN : Famille, je te hais

Quand un film a la famille pour sujet principal, il vous fait généralement aimer la vôtre en vous faisant réaliser à quel point elle est équilibrée et vous offre des rapports sains. Celle qui se trouve au cœur d’ADN, le nouveau film de Maïwenn, ne répond à aucune de ces deux caractéristiques. Sans cela, il n’y aurait évidemment pas de film, mais on est heureux en tout cas de ne pas en faire partie. Mais plus que la simple famille, ce film nous parle de la notion de racines et d’identité d’une manière intime et chargée de beaucoup d’émotions. Rien à voir avec les discours nauséabonds de certains sur le sujet.

Même si elle explique qu’il ne s’agit pas une autobiographie, il est évident que Maïwenn a mis beaucoup d’elle-même dans ADN (ce qu’elle reconnaît). Sans cela, le propos n’aurait pas pu être aussi sincère et touchant. On peut formuler bien des critiques à son propos si on intellectualise de trop. Mais en se laissant juste porter par l’émotion, en reconnaissant que la réalisatrice à donner naissance à cette œuvre avec ses tripes, alors on reconnaît ses immenses qualités. Le film déborde d’humanité, dans toute sa complexité, pour le meilleur et parfois pour le pire. Certains personnages font même un peu peur, notamment le personnage interprété par Fanny Ardant, que l’on est heureux de ne pas compter parmi ses parents.

ADN repose sur un casting particulièrement brillant. Maïwenn réalisatrice dirige à la perfection Maïwenn l’actrice, qui joue également avec ses tripes. Le reste du casting n’est pas en reste. J’ai déjà évoqué Fanny Ardant, mais on notera aussi la très belle interprétation également de Louis Garrel, dont je ne suis pourtant habituellement par le plus grand fan. La caméra sublime vraiment le jeu de chacune et chacun pour transmettre les émotions avec une grande force. Rien de spectaculaire, mais une plongée dans l’âme des personnages qui a tout de même quelque chose de vertigineuse. Maïwenn signe en tout cas un nouveau très beau film, très personnel, démontrant une nouvelle fois qu’elle est une des grandes réalisatrices françaises de notre époque.

LA NOTE : 13/20

Fiche technique :
Réalisation : Maïwenn
Scénario : Maïwenn et Mathieu Demy
Photographie : Sylvestre Dedise
Montage : Laure Gardette
Musique : Stephen Warbeck
Durée : 90 minutes

Casting :
Maïwenn : Neige
Fanny Ardant : Caroline, la mère de Neige
Louis Garrel : François, l’ami de Neige
Marine Vacth : Lilah, la sœur de Neige
Dylan Robert : Kevin, le cousin de Neige
Caroline Chaniolleau : Françoise, la tante de Neige
Alain Françon : Pierre, le père de Neige
Florent Lacger : Ali, le grand-frère de Neige
Henri-Noël Tabary : Matteo, le second frère de Neige
Omar Marwan : Emir, le grand-père

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.