UN TRIOMPHE : Une histoire d’hommes

La prison est un monde à part, dont peu de gens connaissent la réalité. Il suffit de mesure l’écart entre la vision que l’on peut entendre au café du commerce et celle que peut avoir un visiteur de prison par exemple. Il est vrai que le cinéma français n’aide pas, car il nous y emmène très peu souvent, à l’inverse de son collègue américain, surtout si on élargit au monde des séries. Du coup, on a parfois l’impression de mieux connaître le système carcéral de l’autre côté de l’Atlantique que celui de ce côté-ci. Est-ce que ce manque sera réparé avec Un Triomphe ? Pas totalement car ce film n’est pas vraiment un film sur la prison. Plutôt un film sur des prisonniers. Mais un beau film en tout cas !

Un Triomphe est un vrai feel-good movie si on l’accepte pour ce qu’il est. Inspiré d’une histoire vrai, il nous raconte le destin de quelques personnages, un destin assez exceptionnel pour valoir la peine d’être partagé. Il n’y a pas ici de dénonciation d’un système ou de réflexion sociétale profonde. Cela n’enlève rien par contre au message profondément humaniste qu’il véhicule. Ne pas conjuguer les deux ne lui permet pas d’être une œuvre aussi marquante qu’un Hors Normes par exemple, mais comme il n’a jamais la prétention de l’être, il serait très injuste de le lui reprocher. Ce portrait touchant nous apporte un lot d’émotions positives qui fait beaucoup de bien. Et c’est déjà beaucoup.

Copyright Carole Bethuel

Un Triomphe brille aussi grâce à ses acteurs. Et pourtant, ce n’est pas toujours évident pour des acteurs de jouer… des acteurs justement. Surtout de mauvais acteurs qui finissent par se révéler, sans être jamais des acteurs professionnels. Il y a là un vrai tour de force, que tous les interprètes parviennent à réaliser avec un incroyable talent, sous le regard d’un Kad Merad, tout en justesse et en sobriété. Emmanuel Courcol signe là, à 64 ans, simplement son deuxième film. Il y fait preuve ici d’un véritable talent de réalisateur. Il signe un film bien meilleur que le premier. Cela laisse espérer qu’il poursuive dans cette vocation tardive pour nous offrir de nouveaux beaux moments d’humanité comme celui-ci.

LA NOTE : 12,5/20

Fiche technique :
Réalisation : Emmanuel Courcol
Scénario : Emmanuel Courcol et Thierry de Carbonnières
Décors : Rafael Mathé
Photographie : Yann Maritaud
Montage : Guerric Catala
Musique : Fred Avril
Production : Marc Bordure, Robert Guédiguian
Durée : 106 minutes

Casting :
Kad Merad : Etienne
David Ayala : Patrick
Lamine Cissokho : Alex
Sofian Khammes : Kamel
Pierre Lottin : Dylan
Wabinlé Nabié : Moussa
Alexandre Medvedev : Boïko
Saïd Benchnafa : Nabil
Marina Hands : Ariane
Laurent Stocker : Stéphane
Mathilde Courcol-Rozès : Nina

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.