UNE HISTOIRE D’AMOUR ET DE DESIR : Dans ses yeux

La sexualité des hommes a toujours été représentée à l’écran d’une manière éloignée de sa complexité réelle et surtout de la manière très différente dont chaque individu de la gente masculine la vit. Tout le monde n’est pas un séducteur sûr de lui, qui va surmonter toute résistance de la part de celle dont il veut conquérir le cœur (ou toute autre partie de son anatomie). A l’heure où la virilité conquérante triomphante n’est plus en odeur de sainteté, il est heureux de voir surgir au cinéma un autre regard. Un regard porté par une réalisatrice, mais assez pertinent pour parler à beaucoup d’hommes, qui se sentiront profondément touchés par Une Histoire d’Amour et de Désir.

Si l’on devait ranger dans Une Histoire d’Amour et de Désir dans une case, on pourrait envisager de la ranger avec les comédies romantiques. Mais le film, sans être dramatique ou lourdingue, ne reprend guère les codes de la comédie. Il s’agit cependant bien de l’histoire d’une rencontre qui remplit le film pour ne pas laisser de place à grand chose d’autre. Pas grand chose, mais pas rien, car les autres aspects du propos, notamment la réflexion sur les racines, présentent aussi un réel intérêt et viennent enrichir le tout. Surtout que chaque aspect se répond et se complète avec une grande intelligence, pour être au service de l’émotion qui n’en est que plus forte.

Copyright Pyramide Distribution

Leyla Bouzid nous livre donc un très bon film, pleinement maîtrisé dans le fond et dans la forme. La sensualité, pour ne pas dire souvent l’érotisme, qui se dégage de bien des scènes de Une Histoire d’Amour et de Désir, qui n’est jamais gratuite, provient de la qualité de la réalisation. La caméra de la réalisatrice est d’une très grande sensibilité et parvient à capter ce qu’il y a de plus beau dans l’attirance de deux corps. Mais tout cela n’aurait pas été possible sans la magnifique performance de Sami Outalbali et Zbeida Belhajamor qui pourront très certainement prétendre tous les deux à un César au mois de février prochain. Mais c’est bien le film dans sa globalité qui pourrait être dans la course. Merci encore en tout cas à Leyla Bouzid sur ce regard rare et précieux !

LA NOTE : 13,5/20

Fiche technique :
Réalisation : Leyla Bouzid
Scénario : Leyla Bouzid
Photographie : Sébastien Goepfert
Montage : Lilian Corbeille
Décors : Léa Philippon
Costumes : Céline Brelaud
Musique : Lucas Gaudin
Production : Sandra Da Fonseca
Durée : 102 minutes

Casting :
Sami Outalbali : Ahmed
Zbeida Belhajamor : Farah
Diong-Keba Tacu : Saidou
Aurélia Petit : Professeure Morel
Mahia Zrouki : Dalila
Bellamine Abdelmalek : Karim
Mathilde La Musse : Léa
Samir Elhakim : Hakim
Khemissa Zarouel : Faouzia
Sofia Lesaffre : Malika

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.