LA VOIX D’AIDA : La voix de l’Histoire

La guerre dans l’ancienne Yougoslavie est quelque chose de forcément familier pour quelqu’un de ma génération, mais qui continue de receler une large part de mystère. Difficile de démêler la réalité des événements dans cette imbroglio de peuples qui se sont entre-déchirés aux portes d’une Europe occidentale qui se considère souvent (à tort ?) immunisée à jamais contre la guerre sur son sol. La Voix d’Aïda met brillamment en lumière les événements de Srebrenica, un nom qui était ancré dans ma mémoire de manière un peu flou. Il est désormais attaché à une réalité beaucoup plus claire. Mais une réalité effroyablement dramatique.

La Voix d’Aïda représente un exemple brillant d’un morceau d’Histoire à travers une histoire. L’histoire d’une femme qui se bat pour sa survie et la survie de sa famille. A travers elle, on va découvrir de manière assez précise le rôle de chacun des belligérants, des civils pris en otage par la situation et l’impuissance désarmante (c’est le cas de le dire) des casques bleus au milieu du chaos. On tremble pour le destin d’un personnage pour lequel on ressent un profond attachement et une grande admiration. Les émotions sont fortes et sincères.Et cela n’a rien d’incompatible avec une meilleure vision de la réalité géopolitique sous-jacente des événements.

Copyright Condor Distribution

La force dégagée par la Voix d’Aïda tient beaucoup à la prestation magistrale de Jasna Đuričić. Présente quasiment sur tous les plans, elle porte réellement le film sur ses épaules. Elle conjugue énergie et justesse de manière impressionnante. C’est grâce à cette grandeur que les destin d’une femme et d’une nation parviennent à se confondre. Plus largement la réalisation de Jasmila Žbanić est elle aussi de très grande qualité. Son style caméra à l’épaule pour nous plonger au cœur des événements ne devient jamais brouillon ou confus. Tout paraît pris sur le vif, mais on peut soupçonner derrière une grande maîtrise. Son film, en lice pour l’Oscar du meilleur film étranger, est au final une brillante leçon d’Histoire et de cinéma.

LA NOTE : 14/20

Fiche technique :
Réalisation et scénario : Jasmila Žbanić
Direction artistique : Sabine Engelberg
Photographie : Christine Maier
Montage : Jarosław Kamiński
Musique : Paul M. van Brugge
Durée : 100 minutes

Casting :
Jasna Đuričić : Aida Selmanagić
Izudin Bajrović : Nihad Selmanagić
Boris Isaković : Ratko Mladić
Johan Heldenbergh : Colonel Thom Karremans
Raymond Thiry : Commandant Rob Franken
Boris Ler : Hamdija Selmanagić
Dino Bajrović : Sejo Selmanagić
Emir Hadzihafizbegović : Joka
Edita Malovčić : Vesna, la femme de Joka
Emina Muftić : Munira
Teun Luijkx : Capitaine Mintjes
Joes Brauers : Boudewijn
Reinout Bussemaker : Colonel Robben
Ermin Bravo : le maire
Sol Vinken : Soldat Lammerts
Micha Hulshof : Commandant De Haan
Juda Goslinga : Lieutenant Rutten
Ermin Sijamija : Lalović
Alban Ukaj : Tarik

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.