JULIE (EN 12 CHAPITRES) : En quête de soi

Apprendre, grandir, mûrir, voilà la plus grande aventure que chaque être humain a à vivre. Cela donne de grands récits d’aventures, désignés sous le terme de roman d’apprentissage. Roman ou film évidemment. Julie (en 12 Chapitres) nous livre une telle histoire, en nous permettant de suivre le parcours d’une jeune femme cherchant sa voie au tournant de le trentaine. Un film baigné des sujets contemporains qui parcourent nos sociétés, mais qui livre au final une très belle réflexion sur l’accomplissement individuel.

Il n’y a rien de vraiment extraordinaire (au sens premier du terme) ou de spectaculaire dans Julie (en 12 Chapitres). Mais le scénario révèle ce que la vie de chacun peut réserver de rebondissements, joyeux ou tristes. Le spectateur se montre donc curieux de savoir où l’histoire va bien pouvoir le mener, surtout que visiblement le personnage principal n’a, dans un premier temps, aucune idée d’où elle souhaite elle-même aller. On se laisse donc porter et on suit avec grand plaisir cette quête d’elle-même, au gré de ses rencontres et de ses changements de pied. Ce film n’est évidemment pas le premier à nous proposer ce genre de parcours, mais il se démarque clairement par la finesse et la richesse du propos, qui n’a rien de convenu ou de prévisible.

Copyright Oslo Pictures

Julie (en 12 Chapitres) a valu le prix d’interprétation féminine à Renate Reinsve. Un prix largement mérité à la vue de la qualité de sa prestation et surtout de la palette d’émotions dont elle fait preuve grâce à ce rôle d’une très grande richesse. Sa présence à l’écran est vraiment saisissante et elle contribue largement à tirer tout le film vers le haut. Elle bénéficie aussi de la réalisation très élégante de Joachim Trier, qui fait preuve d’un vrai sens du cadrage pour souligner les sentiments qui relient les personnages entre eux. Des qualités que l’on avait déjà découvert en 2011 avec Oslo, 31 août. Il signe là un film encore plus convaincant qui apporte une nouvelle preuve de la vitalité du cinéma scandinave. On en redemande.

LA NOTE : 13/20

Fiche technique :
Réalisation : Joachim Trier
Scénario : Joachim Trier et Eskil Vogt
Musique : Ola Fløttum
Direction artistique : Mirjam Veske
Costumes : Ellen Dæhli Ystehede
Photographie : Kasper Tuxen
Montage : Olivier Bugge Coutté
Durée : 128 min

Casting :
Renate Reinsve : Julie
Anders Danielsen Lie : Aksel
Herbert Nordrum : Eivind
Maria Grazia Di Meo : Sunniva
Hans Olav Brenner : Ole Magnus
Helene Bjørnebye : Karianne

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.