UNE FEMME DU MONDE : Prettier woman

La représentation de la prostitution au cinéma n’est jamais facile et prête facilement à la polémique. Pretty Woman reste un film culte par exemple, mais la vision presque glamour qu’il donne du sexe tarifé est quand même loin du côté sordide que cette activité a le plus souvent. A l’inverse, le travers d’un misérabilisme excessif guette également tous ceux qui veulent aborder le sujet d’un angle plus social. Tout est une nouvelle fois une question de juste équilibre. Cécile Ducrocq s’y est attaqué avec Une Femme du Monde. Heureusement, elle a pu compter sur Laure Calamy. Et comment rater un film avec une telle actrice ?

Comme son titre le laisse penser, Une Femme du Monde est un film portrait. Il se montre particulièrement convainquant et dégage une vraie force, en parvenant à se détacher de tout jugement moral. Chacun pourra voir des gentils ou des méchants où il le souhaite, mais le film est surtout peuplé de personnages gris. Bref, des personnages de la vie réelle. Le tout est porté par un enjeu narratif assez solide pour nous faire rentrer vite dans l’histoire et la suivre avec attention pour plusieurs raisons. Le piège du misérabilisme est totalement évité, même si le film n’a rien d’un conte de fées s’achevant sur un happy-end. Question d’équilibre encore une fois…

Copyright Tandem Films

Une Femme du Monde confirme si besoin est la place majeure que Laure Calamy occupe désormais dans le cinéma français. On est loin d’Antoinette dans les Cévennes, mais son immense talent lui permet d’occuper l’écran avec le même charisme phénoménal, malgré le changement de registre. Elle tient vraiment le film sur ses épaules et elle le porte haut. Il ne faut pas non plus pour autant occulter la jolie performance du jeune Nissim Renard qui n’y est par pour rien dans la réussite de ce film. En tout cas, Cécile Ducrocq signe là un premier film réussi sur un sujet bien casse-gueule. Et réussir à l’aborder sans misérabilisme ne peut faire que du bien au cinéma français.

LA NOTE : 13/20

Fiche technique :
Réalisation : Cécile Ducrocq
Scénario : Cécile Ducrocq
Musique : Julie Roué
Décors : Catherine Cosme
Costumes : Ariane Daurat
Photographie : Noé Bach
Montage : Sophie Reine
Production : Stéphanie Bermann et Alexis Dulguerian
Durée : 95 minutes

Casting :
Laure Calamy : Marie
Nissim Renard : Adrien
Béatrice Facquer : Camille
Romain Brau : l’avocat
Diana Korudzhiyska : Tatiana
Amlan Larcher : Awa
Valentina Papic : Encarna
Sam Louwyck : Bruno

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.