MADRES PARALELAS : la Fête des mères

Parmi les réalisateurs qui ont un thème de prédilection qui marque profondément leur œuvre, Pedro Almodovar occupe une très bonne place. En effet, difficile de ne pas savoir que sa mère joue un rôle particulier chez lui si on a vu plus de deux de ses films. Cela ne va pas s’arrêter avec Madres Paralelas, l’histoire de non pas une seule, mais deux mères, comme son nom l’indique. Des mères, qui ont elles-mêmes des problèmes avec leurs propres mères. Bref, cela fait beaucoup de mères pour un seul film. Et cela procure quelque peu l’impression d’un cinéaste qui tourne quelque peu en rond, malgré la qualité du propos et de la réalisation.

Les défenseurs les plus acharnés de Pedro Almodovar répliqueront, à raison, que le cinéaste espagnol ne raconte jamais la même histoire, même s’il est le plus souvent question de maternité. Celle de Madres Paralelas ne rappelle pas spécialement un autre scénario du cinéaste. Mails il reste quand même une impression de déjà-vue et un côté un peu forcé, comme un exercice de style avec un thème imposé. D’ailleurs, le dénouement qui laisse grandement sur sa faim le spectateur semble démontrer que si le point de départ était clair, le poins d’arrivée ne l’était pas. Cela n’enlève pas tout intérêt au propos, loin de là, mais limite quand même nettement sa portée.

Copyright El Deseo / Iglesias Mas

Comment ai-je pu à un époque ne pas penser que Penelope Cruz n’était pas si belle que ça. Visiblement, elle est comme le bon vin et devient un peu plus magnifique au fur et à mesure que les années passent (tout en restant naturelle). Elle illumine vraiment Madres Paralelas, magnifiquement secondée par Milena Smit. Le contraste entre les deux actrices est un des piliers sur lequel repose le film, mais au moins elles sont unies par le talent. Pedro Almodovar possède une capacité unique à mettre en lumière ses comédiens et sa réalisation est une nouvelle fois parfaite. Tout ceci ne suffit cependant pas pour faire de ce film une œuvre majeure de la filmographie du réalisateur espagnol. Mais un Almodovar mineur, peut tout de même valoir le détour.

LA NOTE : 11,5/20

Fiche technique :
Réalisation et scénario : Pedro Almodóvar
Photographie : José Luis Alcaine
Montage : Teresa Font
Producteurs : Agustín Almodóvar et Esther García
Durée : 120 minutes

Casting :
Penélope Cruz : Janis
Milena Smit : Ana
Aitana Sánchez-Gijón : Teresa, la mère d’Ana
Israel Elejalde : Arturo, l’amant de Janis
Rossy de Palma : Elena, la meilleure amie de Janis
Julieta Serrano : Brígida
Pedro Casablanc : le père d’Ana
Adelfa Calvo : la nièce de Brígida
Daniela Santiago : la mannequin de la séance photos
José Javier Domínguez : Camarer

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.