PLACES : La bonne place

Misérabilisme toujours… Ou plutôt son exact opposé, l’optimisme et le positivisme béat. Je me serais fait une soirée films français sociaux puisque j’aurais enchaîné Ouistreham et Placés. Deux films qui nous plongent au cœur des pires difficultés sociales, même s’ils décrivent deux réalités très différentes. Cependant, ils se démarquent encore plus par le ton adopté. Ici, le but est de faire naître l’espoir et de montrer que rien n’est jamais perdu, ni prédéterminé. Quitte à perdre en capacité à se montrer réellement convaincant. Mais rêver un peu, en s’éloignant quelque peu de la dureté de la réalité, fait aussi parfois du bien.

La principale qualité de Placés est avant tout la galerie de personnages qu’il nous offre. Les adolescents parviennent tous à combiner à merveille un côté profondément attachant avec des aspects qui donnent envie de les défenestrer. Les bons côtés finissent tous par dominer chez chacun d’entre eux. Ce n’est peut-être pas hyper réaliste, mais au moins cela conduit le spectateur à les aimer et être heureux de passer près de deux heures avec eux. On apprécie ces jolies rencontres. On peut aussi regretter qu’elles soient au final au service d’un propos qui manque de force à force d’enjoliver une réalité forcément plus sombre et contrasté. L’aspect feel good movie est très appréciable, mais manque ici un peu de subtilité.

Copyright Michaël Crotto

Difficile de ressortir quelqu’un en particulier du casting de Placés. Tout le monde joue son rôle avec beaucoup de conviction, emportant avec lui celle du spectateur. Adultes comme adolescentes et adolescents parviennent à doter ce film de plusieurs couches d’humanité à l’état brute qui nous permet de largement pardonner les faiblesses constatées par ailleurs. Nessim Chikhaoui signe donc un long métrage où il aura mis tout son cœur et un talent dont il n’a pas à rougir. Je ne sais pas si ce film contribuera vraiment à faire prendre conscience au plus grand nombre des limites des l’aide à l’enfance dans notre pays. Mais il aura au moins donné le sourire aux spectateurs qui l’auront vu.

LA NOTE : 11/20

Fiche technique :
Réalisation : Nessim Chikhaoui
Scénario : Nessim Chikhaoui et Hélène Fillières
Musique : Pascal Mayer et Demusmaker
Photographie : Christophe Offenstein
Montage : Célia Lafitedupont
Producteur : Matthieu Tarot
Durée : 111 minutes

Casting :
Shaïne Boumedine : Élias
Julie Depardieu : Michelle Poliakov
Philippe Rebbot : Marc
Nailia Harzoune : Mathilde
Moussa Mansaly : Adama
Aloïse Sauvage : Cécile
Lucie Charles-Alfred : Emma
Elyes Aguis : Viorel
Laëtitia Clément : Julie
Smaïn : le père d’Élias et de sa sœur
Djimo : Ahmed

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.