GREAT FREEDOM : Great shame

Saviez-vous que des homosexuels allemands ayant été condamnés à être enfermés dans des camps de concentration ont dû finir leur peine dans des prisons classiques ? Ca vous étonne et ça vous choque. Eh bien, vous n’êtes pas au bout de votre indignation si vous allez voir Great Freedom, un film poignant sur la répression très dure de l’homosexualité dans l’Allemagne d’après-guerre (jusqu’en 1969 quand même). Si le faits sont déjà bouleversants par eux-mêmes, la manière dont ils sont mis en scène ici décuple l’impact sur le spectateur.

Great Freedom est un film portrait. Ce n’est donc pas du tout un documentaire, mais une fiction qui retrace le parcours d’un homme sur plusieurs décennies de répression. Le récit est construit avec plusieurs époques racontées en parallèle, pour autant de passages en prison. Il n’est donc pas bâti sur un ordre chronologique, mais les allers et retours sont ici utilisés à très bon escient. Cela permet au spectateur d’embrasser totalement l’ampleur de ce scandale historique et surtout l’ampleur des drames qu’il a pu générer. Un procédé classique de grande Histoire racontée à travers une petite histoire, qui fonctionne ici parfaitement bien et se trouve parfaitement adapté pour donner toute la force nécessaire au propos.

Copyright Freibeuterfilm Rohfilm

Great Freedom doit beaucoup à la qualité de son interprétation. En premier lieu évidemment celle de Franz Rogowski qui occupe le rôle titre, mais aussi celle de Georg Friedrich dont le personnage est finalement celui qui donne vraiment un sens humain à cette histoire, au-delà du propos « politique ». Avec leur physique tout sauf glamour, ils incarnent parfaitement la violence et la noirceur qui marquent leur vie, avant d’y faire poindre cette lueur d’humanité qui va grandir malgré tout. C’est la dynamique qui naît entre les deux comédiens qui donnent cette épaisseur supplémentaire qui fait toute la différence et fait de ce film une œuvre réellement marquante.

LA NOTE : 13,5/20

Fiche technique :
Réalisation : Sebastian Meise
Scénario : Thomas Reider et Sebastian Meise
Musique : Nils Petter Molvær
Photographie : Crystel Fournier
Montage : Joana Scrinzi
Producteur : Benny Drechsel, Sabine Moser et Oliver Neumann
Producteur exécutif : Karsten Frank
Producteur coordinateur : Johannes Rexin
Durée : 116 minutes

Casting :
Franz Rogowski : Hans
Georg Friedrich : Viktor
Anton von Lucke : Leo
Thomas Prenn : Oskar
Alfred Hartung : Wärter
Andreas Patton : Staatsanwalt
Fabian Stumm : le policier en civil
Daniel Wagner : Strafverteidiger

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.