ILS SONT VIVANTS : Le livre de la Jungle

La Jungle de Calais a déjà inspiré le cinéma français. Il faut dire que la situation sur place dépasse l’entendement et dépasse ce qu’un scénariste aurait pu imaginer. Que ceci puisse exister sur notre sol devrait être totalement inacceptable, mais force est de constater que cela n’éveille finalement que beaucoup d’indifférence, quand ce n’est pas une franche hostilité pour ces femmes et ces hommes qui ne font que témoigner de la profondeur sans limite que peut revêtir la misère. Ils Sont Vivants n’aura malheureusement pas le pouvoir d’éveiller largement les consciences. Mais il apportera son lot d’émotions à ceux qui auront la chance de le voir.

Ils Sont Vivants est loin de n’être qu’un film social et engagé. Evidemment, cet aspect reste central et donne son identité à ce long métrage. Mais il s’agit avant tout un film sur l’éternel sujet de l’amour impossible, interdit ou du moins très compliqué. Rien de très original dans le fond, sauf que le sujet ici est traité avec beaucoup de sensibilité. Les personnages sont très bien écrits, offrant leur lot de complexité et de paradoxes. Jérémie Elkaïm n’a pas choisi la facilité. Il aurait pu nous proposer des personnages avec moins d’aspérités et qui aurait provoquer plus aisément l’attachement du spectateur. Mais celui-ci se serait révélé nettement plus superficiel et aurait rendu le film nettement moins intéressant.

Copyright Memento Distribution

érémie Elkaïm signe là un premier film vraiment réussi. Il s’est attaqué à un sujet difficile et a évité tous les pièges grâce à une certaine prise de risques qui est à saluer. Ce film reste un modèle de sensibilité et d’humanité. Ceci grâce également à la magnifique performance de Marina Foïs qui prouve encore une fois l’immensité de son talent. Elle trouve dans Seear Kohi un magnifique alter-ego. Ils insufflent une réelle force à cette histoire, au-delà de la qualité de ces rôles. Au final, en évitant tout manichéisme et tout excès de bons sentiments, Ils Sont Vivants parvient à concilier profondeur, pertinence et émotion. Tout ce qui manque dans le traitement réel de la situation à la Jungle de Calais.

LA NOTE : 13/20

Fiche technique :
Réalisation : Jérémie Elkaïm
Scénario : Jérémie Elkaïm et Arthur Cahn
Photographie : Jeanne Lapoirie
Décors : Laurent Ott
Costumes : Alexia Crisp-Jones
Montage : Laurence Briaud
Musique : Yuksek
Production : Albane de Jourdan, Jérôme Salle et Marc Simoncini
Durée : 112 minutes

Casting :
Marina Foïs : Béatrice
Seear Kohi : Mokhtar
Lætitia Dosch : Ingrid
Igor Van Dessel : Florian
Antoine Chappey : Joe
Geneviève Mnich : Josy
Jan Hammenecker : Franck
Benoit Carré : Martin
Souleymane Sylla : Zymako
Lucie Borleteau : Betty
Catherine Salée : Marjorie
Valentine Catzéflis : Sonia

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.