TROIS FOIS RIEN : Un ticket pour trois

Gagner au loto est un rêve pour beaucoup de gens. Y compris ceux qui ne jouent pas d’ailleurs. Ayant bénéficié d’un des meilleurs repas de ma vie grâce à des gains à la loterie nationale, je ne vais pas jeter la pierre à ceux qui croient vraiment qu’ils vont gagner… puisque, effectivement, cela n’arrive pas que dans les films. Mais il s’avère que cela arrive aussi au cinéma. Pour preuve, Trois Fois Rien est actuellement sur nos écrans. L’histoire de trois SDF qui vont voir leur vie bousculée par une grille remplie à bon escient.

Trois Fois Rien est une comédie humaniste et sympathique assez classique. Elle repose sur un trio de personnages quelque peu inégal, mais qui fonctionne malgré tout assez bien. Le scénario se montre assez fantaisiste pour rester léger en toutes circonstances. Cela fait passer toutes les situations relativement improbables qui peuplent cette histoire. On est plus proche de la fable que de la réflexion profonde sur la pauvreté ou le rapport à l’argent. La leçon finale est pleine de bons sentiments et ne donnera pas la migraine. Mais on la reçoit avec plaisir car on aura souri souvent, même ri franchement à quelques occasions, avant cela.

Copyright Caroline Dubois

Trois Fois Rien tient largement sur les épaules, certes larges, d’Antoine Bertrand, qui est venu égayer le cinéma hexagonal de son accent québecois chantant. Il incarne le personnage le plus convaincant, le plus intéressant par un jeu très juste qui apporte une vraie touche d’émotion au film. A ses côtés, Philippe Rebbot se contente de nous livrer un numéro d’acteur que l’on a déjà vu à de multiples occasions chez lui. Du coup, on n’est pas vraiment ébloui. Enfin, Côme Levin n’est pas aidé par un personnage très imparfaitement écrit, mais il ne parvient pas à le tirer vers le haut par son jeu. Cependant, le trio fonctionnement globalement assez bien pour donner beaucoup de plaisir au spectateur qui se laisse charmer sans trop de résistance.

LA NOTE : 12/20

Fiche technique :
Réalisation : Nadège Loiseau
Scénario : Nadège Loiseau
Musique : Guillaume Loiseau
Décors : Pierre du Boisberranger
Costumes : Anne-Laure Nicolas
Photographie : Julien Meurice
Montage : Christophe Pinel
Producteur : Christophe Barral, Toufik Ayadi et Serge Noël
Durée : 94 minutes

Casting :
Antoine Bertrand : Brindille
Philippe Rebbot : Casquette
Côme Levin : La Flèche
Émilie Caen : Nadia
Nadège Beausson-Diagne : Vénus
Yves Yan : Yi
Yang Yilin : Thérèse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.