WATCHMEN – LES GARDIENS : Naissance d’un film culte

watchmenafficheComment reconnaît-on un film culte ? C’est par définition très difficile, puisque ce genre de films se caractérisent par un succès et un attachement démesuré par rapport à leurs qualités objectives. Mais voilà, l’art est subjectif et aucune explication rationnelle ne peut expliquer pourquoi Star Wars a pu devenir la saga la plus culte de l’histoire cinéma, malgré des acteurs très moyens, des scénarios pas particulièrement recherchés et des dialogues parfois involontairement comiques. Bien sûr, ces films possèdent à côté de ça de nombreuses qualités, mais cela n’explique pas pourquoi l’amour que les spectateurs leur portent est infiniment supérieur à celui qu’ils portent à des oeuvres beaucoup plus proches de la perfection. Alors, comment juger ces films ? Sur leurs qualités objectives ou sur l’enthousiasme qu’ils procurent ? Watchmen, les Gardiens nous pose exactement cette question !

Au début des années 80, les Etats-Unis, gouvernés par Nixon qui en est à son quatrième mandat, sont au bord de la guerre nucléaire avec l’URSS. Il y’a quelques années, une loi a interdit les super-héros masqués. Ces derniers sont donc soit repartis dans l’anonymat, soit exercent leurs talents à visage découvert dans des fonctions beaucoup « normales ». L’un d’eux, le Comédien, meurt assassiné. Un de ses anciens collègues, Rorschach, pense qu’il s’agit d’un complot contre les anciens super-héros. Il se décide à mener l’enquête et à avertir les autres, qui le reçoivent tous avec incrédulité.

Le synopsis que je viens de vous livrer est loin de refléter la richesse et la complexité de l’intrigue de Watchmen, les Gardiens. Le meurtre du Comédien, proche du fait divers, n’est que la minuscule partie immergée d’évènements d’une toute autre ampleur qui se dévoilent tout au long du film. Ce film dure un peu moins de trois heures, mais ne manque sûrement pas de contenu. On appréciera que les producteurs n’aient pas sacrifié la richesse de l’histoire pour un format un peu plus commercial.

watchmenUn film de super-héros avec un scénario riche et complexe ? Voilà qui est étonnant… Mais Watchmen, les Gardiens n’est pas vraiment un films de super-héros. C’est un film avec des super-héros, certes, mais c’est bien plus que ça. D’ailleurs, il est assez difficile de ranger clairement ce film dans une case. Il est issu d’une bande-dessinée qui a longtemps été jugée inadaptable. Il est vrai que c’est une oeuvre qui surprend, mais au vu du résultat, on se dit que les craintes étaient infondées. Il suffisait juste d’oser sortir des chemins balisés du cinéma commercial.

Si je dois vraiment comparer ce film à un autre OVNI cinématographique, je le comparerai à The Rocky Horror Picture Show, dans l’idée de reprendre des éléments issus d’univers cinématographiques différents pour en faire une oeuvre résolument originale. Watchmen, les Gardiens est sûrement moins provocateur, même s’il tente de délivrer un message politique assez fort. Je ne pense pas que les supporters les plus acharnés du parti républicain aient adoré ce film !

Si le contenu est résolument innovant, la forme se contente de nous livrer ce que le cinéma hollywoodien sait faire de mieux. C’est déjà beaucoup me direz-vous. Vous retrouverez donc dans Watchmen, les Gardiens des effets spéciaux superbes, des scènes d’action musclées (même si assez peu nombreuses au final), se terminant par un affrontement final grandiose. Les acteurs sont tous parfaits dans leur rôle, sans qu’aucune tête d’affiche ne soit vraiment marquante. On retiendra tout de même un vrai travail dans la réalisation pour retranscrire l’ambiance sombre, gothique et décadente qui règne sur ce film. Cela ne se hisse pas au niveau d’un Ridley Scott dans Blade Runner ou d’un Tim Burton dans Batman, mais Zack Snyder s’en sort tout de même très bien.

Watchmen, les Gardiens souffrent tout de même de quelques défauts. Etre une oeuvre ésotérique fait à la fois la force et l’originalité de ce film, mais aussi sa faiblesse lorsque cela se traduit par de longs discours quelques peu obscurs, ressemblant parfois à de la sous-philosophie existentielle. Cela ne plombe pas non plus excessivement le film, mais il aurait gagné à abréger ces moments de « profondeur » pour gagner un petit quart d’heure.

Watchmen, les Gardiens séduira donc un public bien au-delà des fans de films de super-héros… Il n’est d’ailleurs pas évident que ces derniers soient ceux qui rentreront le plus aisément dans cet univers très particulier, et à des années lumière du manichéisme simpliste d’un Iron Man. Ce film s’adresse plutôt aux amateurs de films noirs, d’univers ésotériques ou encore d’histoires aux multiples facettes. Rien ne garantit que la magie opérera sur tout le monde, mais vous serez nombreux à être séduits et fascinés.

Même si ces deux films ne sont pas du tout comparables, Les Noces Rebelles sont, par exemple, objectivement et cinématographiquement d’une autre trempe que Watchmen, les Gardiens. Cependant, si je verrai le premier guère plus de deux à trois fois dans ma vie, je verrai avec le même plaisir le second une bonne dizaine de fois sans problème. Je ne sais pas si cela suffit à en faire un chef d’œuvre. Par contre, un film culte sans aucun doute !

Fiche technique :
Production : Warner Bros pictures, Paramount pictures, Legendary, Lawrence Gordon, DC Comics
Distribution : Paramount Pictures
Réalisation : Zack Snyder
Scénario : David Hayter, Alex Tse, d’après la BD de Dave Gibbons, Alan Moore
Montage : William Hoy
Photo : Larry Fong
Décors : Alex mcDowell
Musique : Tyler Bates
Effets spéciaux : John
Costumes : Mickael Wilkinson
Durée : 163 mn

Casting :
Malin Akerman : Le spectre soyeux
Matthew Goode : Ozymandias
Billy Crudup : Dr. Manhattan
Jackie Earle Haley : Rorschach
Jeffrey Dean Morgan : Le comédien
Patrick Wilson : Le hibou 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.