LE ROYAUME D’EPINE ET D’OS, TOME 3 : LE CHEVALIER DE SANG (Greg Keyes) : De plus en plus passionnant !

leroyaumedepinesetdos3En littérature, c’est comme en à peu près n’importe quoi, souvent, le plus dur, c’est de tenir la distance. Nombreuses sont les séries dont l’intérêt décroît au fil des tomes. Rares sont celles qui maintiennent l’intérêt constant. Rarissimes sont celles où l’intérêt se renforce à chaque page. Les Royaumes d’Epines et d’Os fait partie de ces dernières. J’ai déjà chanté ses louanges pour les deux premiers tomes. Je vais donc recommencer pour le troisième, le Chevalier de Sang.

Robert, revenu d’entre les morts, a pris le contrôle du royaume de Crotheny. La princesse Anne ne peut compter que sur peu d’alliés pour espérer reprendre le trône. Pourtant, l’avenir du monde repose en grande partie sur son destin.

Allez pas besoin d’en dire plus. C’est déjà trop pour ceux qui ont lu les deux premiers tomes et pour lesquels il ne faudrait pas gâcher le suspense. Les autres n’auront de toute façon aucune idée de quoi je parle ! En fait, ce troisième volet commence par des péripéties qui ressemblent quand même fortement à tout ce qu’on a vécu au deuxième tome. Du coup, on a presque peur que la saga commence à tourner en rond. En fait, tout cela est reculer pour mieux sauter !

La deuxième moitié de ce livre est absolument fabuleuse. Le rythme monte peu à peu, pour un final incroyable d’intensité. Dans le reste de la saga, on suit en parallèle le destin de chaque protagoniste, ce dernier changeant à chaque chapitre. Dans le final, c’est à chaque paragraphe que cela change. Comme chaque fil narratif est à un comble de suspense, on trépigne d’impatience, quasiment chaque paragraphe se terminant par un « cliffhanger ». Bref, la fin du Chevalier de Sang est digne des meilleures fins de saison de série télévisée.

Du coup, une fois le livre reposé, on n’a qu’une seule envie, c’est de se jeter sur le quatrième et dernier tome. J’ai su résister à la tentation et commencé un autre bouquin, mais j’avoue le regretter au moment où j’écris ces lignes. Mais bon, la frustration a du bon parfois et mon plaisir d’ouvrir la Dernière Reine, le 4me tome des Royaume d’Epines et d’Os, n’en sera que décuplé.

Si les deux premiers tomes avaient séduit par leur richesse, elle est désormais assimilée et nous plongeons cette fois directement au cœur de l’action. Certaines questions trouvent enfin des réponses, même si de nouveaux mystères voient également le jour. Bref, pas une seule page ne nous plonge dans l’ennui. Greg Keyes nous a déjà largement décrit le monde qu’il a fait naître, il peut se consacrer ici entièrement à le faire vivre. Et de quelle façon !

Encore une fois, Les Royaumes d’Epines et d’Os se caractérise par la clarté de l’écriture. Jamais le lecteur ne se sent perdu dans ce monde pourtant complexe et incroyablement riche. C’est là une qualité extrêmement rare pour le genre et qui fait de cette saga une œuvre vraiment remarquable.

Ma conclusion va ressembler à celle du tome précédent. Les Royaumes d’Epines et d’Os, et donc à fortiori son troisième tome, le Chevalier de Sang, représentent un lecture indispensable à tous les amateurs d’héroic fantasy. Mais par sa qualité, elle saura séduire un public bien plus large que les seuls initiés, mais tous les amateurs d’aventures épiques et passionnantes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.