CONSOLERS OF THE LONELY (The Raconteurs) : Le rock US by Jack White

consolersofthelonelytheraconteursThe Raconteurs est le projet parallèle de Jack White, des White Stripes. Avec trois autres musiciens, il explore un univers musical sans doute plus classique, mais au caractère rock plus musclé. Consolers of the Lonely est le deuxième album de ce groupe, sorti en 2008.

Les fans des White Stripes apprécieront très certainement cet album. La personnalité artistique de Jack White est trop prononcée pour que son influence ne se fasse pas sentir. La parenté musicale est donc flagrante. Cependant, il y’a ici moins de créativité et d’originalité que chez les White Stripes. Consolers of the Lonely, c’est du bon gros son comme on l’aime. Du son aussi américain que The Kooks (mon précédent avis) était britannique.

Consolers of the Lonely n’est pas uniforme, mais aucune chanson ne sonne comme quelque chose de vraiment nouveau, ni innovant. Quand chez les White Stripes, Jack White cherche à inventer une nouvelle musique, il cherche ici à explorer ses influences, c’est à dire le rock américain des années 80 et 90. Sans rien réinventer, The Raconteurs arrivent tout de même à donner une personnalité à leur musique qui leur est propre. On ne dit jamais « tiens ça ressemble à du… » alors que peut-être un jour on dira « tiens ça, ça ressemble à du The Raconters ».

Consolers of the Lonely est très homogène par contre niveau qualité des morceaux. A part, Salute your Solution et Attention, tous valent le coup d’être écouté. Bien sûr, certains plus que d’autre. Many Shades of Black et These Stories will Shout restent pour moi les deux meilleurs titres de l’album. Le premier parce qu’il est une des rares chansons à mettre totalement en valeur la voix si caractéristique de Jack White, le second parce qu’il balaye toute l’étendue de leur répertoire avec une première partie plus douce et une fin beaucoup plus rock. Mais encore une fois, l’album manque sans doute d’une chanson vraiment phare pour devenir un vrai morceau d’anthologie musicale.

Consolers of the Lonely ne déparera donc pas dans votre discothèque, sans pour autant devenir votre disque de chevet. Mais bon peut-être qu’il arrivera à convaincre votre copine que Bon Jovi, au fond, c’est quand même un peu nase… Et ça, ça serait une grande victoire !

1.: Consolers Of The Lonely
Un morceau globalement plutôt rock pour commencer. Certains passages sonneraient presque comme du Rage Against the Machine, du temps où la « fusion » dominait le rock US.

2.: Salute Your Solution
Un morceau où Jack White fait plus parler que chanter. Le morceau dégage beaucoup d’énergie, mais n’est pas mélodieux du tout.

3.: You Don’t Understand Me
Un son plus doux que les deux premier morceaux, plus mélodieux. Au final, une ballade rock plutôt agréable.

4.: Old Enough
La seule chanson qui sonnerait presque britpop. Un morceau énergique, pas mal du tout au final.

5.: Switch And The Spur
Un morceau où des cuivres se font entendre. Le résultat est plutôt sympathique et sans doute un de plus original de l’album.

6.: Hold Up
Un morceau rock beaucoup plus classique, encore une fois très énergique, mais un peu fouillis parfois.

7.: Top Yourself
Un titre plus calme, mais qui passe relativement inaperçu au sein de cet album.

8.: Many Shades Of Black
Une chanson où l’accompagnement est plus en retrait par rapport à la voix inimitable de Jack White. Le résultat est excellent.

9.: Five On The Five
Jack White pousse un peu la voix dans les aiguës sur ce titre. Du coup, on dirait parfois un groupe de rock jouant maladroitement à la Fête de la Musique… Mais bon l’accompagnement et le mixage restent très pro.

10.: Attention
Un rock énergique mais sans originalité

11.: Pull This Blanket Off
Une chanson courte formant une ballade sympa, mais sans plus.

12.: Rich Kid Blues
Un morceau qui alterne une intro sonnant comme une ballade, plus des passages très rock. Mais le tout manque de cohérence.

13.: These Stories Will Shout
On retrouve un peu le même schéma que le morceau précédent avec une montée en puissance. Mais cette fois, le résultat est très réussi.

14.: Carolina Drama
Une nouvelle ballade rock, avec un accompagnement très simple. Tout passe par la voix. Mais c’est celle de Jack White !
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.