L’ACCRO DU SHOPPING ATTEND UN BEBE (Sophie Kinsella) : Et nous on attend la suite avec impatience !

laccrodushoppingattendunbebeLa pouffe qui est en moi adore la série l’Accro du Shopping, certains d’entre vous l’auront sans doute déjà remarqué. La lecture du cinquième volet, et dernier en date, l’Accro du Shopping attend un Bébé, m’a autant ravi que les précédents. Et je ne dis pas ça parce que je l’ai lu en grande partie entre deux baignades dans le jacuzzi en plein air, sur un transat avec une vue imprenable sur la baie de Sosua. Je ne contesterais pas le fait que cela ait contribué au plaisir, mais cela n’enlève rien aux grandes qualités de ce roman.

Becky, après avoir rencontré l’homme de sa vie, après l’avoir suivi à Manhattan, après s’être marié et après avoir découvert qu’elle avait une sœur, est donc enceinte. Que de joies en perspective et surtout d’achats potentiels ! Elle nage donc dans le bonheur… si elle ne soupçonnait pas Luke d’avoir une maîtresse.

Le club pour le triomphe de la virilité pure et dure m’a encore écrit ce matin pour que j’arrête de faire l’éloge des œuvres de Sophie Kinsella, mais que voulez-vous, j’adore ça, je suis accro…Moins que Becky à la dépense superflue, mais tout de même. En fait, il n’y a que le deuxième volet qui m’ait un tout petit peu déçu, car pour le reste, et notamment l’Accro du Shopping attend un Bébé, ce fut toujours un pur bonheur.

Avec l’Accro du Shopping attend un Bébé, pas de fioritures, on revient aux fondamentaux de la série. Le ressort principal reste toujours le même : Becky ne peut s’empêcher d’acheter des objets aussi dispendieux qu’inutiles, tout en déployant un trésor d’imagination pour justifier leur caractère indispensable, voire même économique. Ou comment transformer un gadget en investissement assurément productif. Certains trouveront peut-être que du coup, la série tourne un peu en rond, mais quand on aime, on est ravi de retrouver tout ce que l’on a aimé dans les tomes précédents.

On est réellement là face à un « sitcom littéraire ». Je ne conseillerai à personne de commencer directement par ce cinquième volume où le comique de répétition et surtout les autoréférences se multiplient. Sophie Kinsella a eu le temps de créer un univers bien à elle et il vaut mieux avoir lu les histoires précédentes pour en comprendre toutes les clés. Enfin rassurez-vous, on n’est tout de même pas face à un univers aussi complexe qu’Inception, aucune migraine n’est à prévoir.

La principale qualité de l’Accro du Shopping attend un Bébé reste donc avant tout son humour. C’est léger, réjouissant et surtout très drôle. Ce roman ne cherche pas à être plus que cela, il réussit donc parfaitement sa mission, pour notre plus grand bonheur. N’y cherchez pas une critique acerbe de la société de consommation, on est juste là pour se détendre et passer un moment agréable. L’autre grande force réside dans l’attachement profond que l’on ressent pour les personnages, un attachement évidemment renforcé par la répétition de leurs aventures, qui jamais ne nous lassent. Je ne pense pas qu’il n’y ait aucun fan de la série qui souhaite que Sophie Kinsella s’arrête là. On veut un sixième tome !

J’arrête là mes caprices en conseillant à tous d’essayer au moins une fois de lire les romans de cette série pétillante et drôle. Vous n’avez pas de Becky Bloomwood dans votre vie ! Vous ne savez décidemment pas ce que vous ratez !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.