KNIVES DON’T HAVE YOUR BACK (Emily Haines and the Soft Skeleton) : Un beau voyage musical au fil d’une voix

kinvesdonthaveyourbackemilyhainesC’est incroyable ce que l’on peut faire avec une voix, un piano et beaucoup de talent. Emily Haines en est la preuve avec son album Knives Don’t Have your Back. Des chansons très simples avec les mêmes ingrédients mais qui arrivent tout de même à être différentes les unes des autres. Un miracle ? Non juste un formidable talent vocal.

Emily Haines est la chanteuse canadienne du groupe Metric, dont j’ignorais totalement l’existence avant de me renseigner sur Wikipedia. Knives Don’t Have your Back est un de ses deux albums solo. Le premier est sorti en 1996 (Cut in Half and also Double), celui là en 2006.

Knives Don’t Have your Back, c’est donc une voix, un piano et des chansons douces. Elles sont toutes sur un rythme de ballade assez lente et on aurait pu craindre que toutes les chansons se ressemblent du coup. Mais le travail de mixage et surtout les variations dans la voix nous font passer d’un univers musical à l’autre. Alors bien sûr, aucune chanson ne ressemble à du AC/DC. Et si la parenté avec Norah Jones est la plus évidente, certains titres ont un petit quelque chose de Portishead, Massive Attack ou encore Bjork.

Certains pourront être étonnés que du coup, j’ai beaucoup apprécié Knive Don’t Have your Back puisque je suis loin d’être amateur des œuvres des deux derniers artistes que j’ai cités. Mais voilà, Emily Haines fait du Massive Attack ou du Bjork…en mieux ! Bon évidemment, c’est un avis personnel que l’on est pas du tout forcé de partager. Et puis les fans pointilleux m’expliqueront qu’en fait tous ces artistes n’ont rien à voir les uns avec les autres. Enfin, certains titres de cet album m’ont tout de même fait vraiment pensé à ces différents univers musicaux. Cependant, il est vrai que l’album aurait quand même peut-être gagné à compter un ou deux morceaux un peu plus rythmés et entraînants.

Knive Don’t Have your Back n’est pas donc pas fait pour les jours où vous avez une folle envie de vous trémousser. Il est nettement plus adapté aux jours où vous avez simplement envie de vous faire bercer par une voix sublime et de la musique douce et envoûtante. A part éventuellement le tire Last Page, il n’y a vraiment rien à jeter dans cet album qui brille par sa densité. On passe d’une plage à l’autre avec toujours le même bonheur et la même impatience de savoir où la voix de Emily Haines va bien pouvoir nous emmener cette fois-ci.

Knive Don’t Have your Back est donc un excellent album, où la simplicité des morceaux n’empêchent pas de voyager dans différents univers musicaux.

1.: Our Hell
Une ballade au piano qui fait immédiatement pensé à du Norah Jones.

2.: Doctor Blind
La voix se fait ici plus profonde, plus chaude. Il fait du coup penser à l’univers musical de Portishead.

3.: Crowd Surf Off A Cliff
La voix d’Emily Haines paraît ici plus distante, plus évaporée, un peu comme du Massive Attack. Mais le résulta reste fascinant.

4.: Detective Daughter
Ca ressemble à du Bjork… en mieux !

5.: Lottery
La voix redevient beaucoup naturelle et c’est encore ce qu’il y’a de mieux.

6.: Maid Needs A Maid
Une ballade sur un ton plus mélancolique, avec des solos de piano plus longs.

7.: Mostly Waving
Un morceau plus sombre qui prend aux tripes.

8.: Reading In Bed
Une ballade très simple, mais surtout très belle.

9.: Nothing And Nowhere
Le voix est à nouveau plus distante et évaporée, mais cela reste toujours aussi beau.

10.: Last Page
Un morceau qui fonctionne un peu moins bien.

11.: Winning
Une dernière très belle ballade pour parfaitement pour finir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.