SHOTTER’S NATION : Energie pure !

shottersnationbabyshamblesAvant de faire la une des tabloïds anglais en compagnie de sa chère et tendre Kate Moss, Pete Doherty est accessoirement chanteur à ses heures. Après avoir accédé au rang de star avec The Libertines, il a fondé un autre groupe, dont il est incontestablement le leader, The Babyshambles. Enfin, il n’a eu guère le choix, vu que ses problèmes récurrents de drogue ont poussé ses anciens partenaires de scène à lui montrer gentiment le chemin de la sortie. Encore une preuve qu’on est jamais aussi bien servi que par soi-même.

Cependant, l’histoire pourtant courte des Babyshambles, fondés en 2004, n’est pas non plus exempte de remous en tout genre puisque leurs deux albums ont été produits par deux maisons de disque différentes, la première ayant jeté l’éponge devant l’instabilité et les frasques du groupe. Mais c’est bien le second, sorti en 2007, Shotter’s Nation, qui nous intéresse ici et qui fut un très gros succès commercial. A son écoute, on se rend tout de suite compte que ce dernier n’est pas du qu’à la publicité indirecte et au buzz médiatique provoqués par les frasques de Pete Doherty, mais aussi par un vrai talent musical et surtout une formidable énergie.

Energie, c’est le bien le mot qui vient à l’esprit quand on écoute Shotter’s Nation. La plupart des titres en débordent, de manière assez exceptionnelle pour certains. Certaines mauvaises langues y verront peut-être le signe de l’abus de substances prohibés, mais les amateurs de musique qui donne la patate et l’envie de sauter partout n’en auront cure et apprécieront cet album plus fort qu’un Red Bull. Du rock à l’état brut, parfois même un peu brut de décoffrage, mais ça fait du bien par où ça passe.

Par contre, il faut bien admettre que Shotter’s Nation n’est pas particulièrement homogène. L’album nous réserve clairement ses meilleurs morceaux pour le début. Les deux singles qui ont tourné en boucle à la radio, Delivery et You Talk, sont placés en deuxième et troisième. En fait, les cinq premiers titres sont vraiment excellents, après on commence à tomber dans le moins bon, pour carrément finir sur trois titres assez moyens. Enfin, le tout reste tout de même d’un très bon niveau général, même si ça aurait pu devenir carrément génial si tous les titres avaient vraiment été tous travaillés jusqu’à être totalement aboutis.

Shotter’s Nation tient sa qualité également en bonne partie de la personnalité qui se dégage de la voix de Pete Doherty. Une voix un peu cassé évidemment, vu tout ce que le personnage a du faire passer au travers de sa gorge (sans même parler des narines), mais qui apporte surtout comme un petit grain de folie et d’originalité à la musique des Babyshambles. Un vrai son sexe, drogue et rock and roll donc ! Et ça fait du bien au milieu d’un océan de musique formatée, de rébellions programmées et d’impertinence de circonstance.

Shotter’s Nation est donc un album digne de figurer dans la discothèque de tous ceux qui aiment quand ça bouge et qui croient encore que le rock and roll n’est pas encore tout à fait mort.

Pour finir, faisons le tour des titres que l’on trouve sur cet album

1.: Carry On Up The Morning
Les deux voix, celle de Pete Doherty et Michael Whitnall, se répondent dans un titre qui met immédiatement dans la l’ambiance de cet album.

2.: Delivery
Le gros tube de Shotter’s Nation. Un morceau sous forme d’énergie pure.

3.: You Talk
Un autre single, excellent également où Peter Doherty nous montre tout ce qu’il sait faire avec sa voix.

4.: UnBiloTitled
Un morceau plus sur le ton de la ballade, mais toujours très énergique.

5.: Side Of The Road
Le groupe se lâche dans un morceau vraiment jouissif qui donne envie de sauter partout.

6.: Crumb Begging
Un rock plus classique mais un peu brouillon.

7.: Unstookie Titled
Le rythme est ici plus heurté et le titre plus transparent.

8.: French Dog Blues
Un rock dynamique et sympathique.

9.: There She Goes
Une chanson plus douce pour un résultat très bon, qui met parfaitement la voix de Pete Doherty en valeur.

10.: Baddies Boogie
Un morceau un peu brouillon une nouvelle fois.

11.: Deft Left Hand
Un titre rock assez classique, mais plutôt moyen.

12.: Lost Art Of Murder
Une ballade pas très harmonieuse pour finir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.