SUPER TARANTA (Gogol Bordello) : Savoureux mélange

supertarantagogolbordelloGogol Bordello est un nom qui peut intriguer à première vue. Quand j’y ai prêté l’oreille, j’avoue que je ne savais pas du tout à quoi m’attendre. Mais au final, je n’ai pas été déçu par se mélange savoureux entre rock’n’roll et musique tzigane. Gipsy punks, voici comment ils se désignent eux-mêmes et il faut bien avouer que cela définit parfaitement leur style.

L’écoute de Gogol Bordello en rajeunira peut-être certains d’une dizaine d’années, quand la bande originale de Chat Noir Chat Blanc tournait en boucle sur toutes les chaînes hi-fi qui se respectaient. Le parallèle saute aux oreilles et c’est pour notre plus grand bonheur, car cet album provoque le même enthousiasme et dégage la même énergie que son glorieux prédécesseur.

New-Yorkais d’origine, les Gogol Bordello se sont formés en 1999. Super Taranta est lui sorti en 2007 et constitue le 6ème album du groupe. Il est avant tout un vrai moment de musique festive et entraînante, un formidable mélange de cultures différentes, mais qui se marient parfaitement. Comme quoi la bonne musique est un langage universel. Enfin, l’usage du violon dans la musique rock n’est pas non plus une révolution, mais il a ici la sonorité, et l’omniprésence, typique de la musique tzigane, ce qui donne une réelle personnalité musicale.

Si on devait faire une petite critique à Super Taranta, c’est sans doute sur le manque de variété des morceaux. On décline certes un concept de différentes manières, mais il n’y a guère de variation, sinon subtile, concernant le rythme et les arrangements. De ce côté-là, l’influence de la culture punk se fait bien sentir. Alors, vous me direz, quand quelque chose est bon, pourquoi en changer. Il est vrai que cet album s’écoute de bout en bout sans jamais trouver le temps long et sans que ne décline l’énergie qu’il transmet.

Car à côté de ça Super Taranta est très homogène niveau qualité. A part Tribal Connection, qui est un peu plus en retrait, il n’y a rien à jeter dans cet album. A contrario, aucun titre phare ne ressort vraiment, même si j’aime particulièrement le morceau de conclusion qui porte le même titre que l’album. Mais bon, ce n’est pas vraiment un problème car cela ne nuit pas au plaisir que l’on a à l’écouter. Simplement, on ne garde pas un morceau particulier en tête et on ne peut donc pas le fredonner sous la douche. Mais bon, de toute façon, le punk, ça ne se fredonne pas, ça se chante très très fort !

Mais si Gogol Bordello s’apprécie donc très bien en CD, paraît-il que ce n’est rien par rapport à assister à une de leurs performances scéniques. A l’écoute de Super Taranta, on n’en est guère étonné car il est peu probable que l’énergie qu’ils mettent dans leurs enregistrements studio ne soit pas décuplée une fois sur scène. Si j’en ai un jour l’occasion, je ne manquerais pas l’occasion de les voir en concert.

Super Taranta est donc un très bon album, plein d’énergie, à la frontière entre différentes cultures qui livrent ici le meilleur d’elles-mêmes.

Pour finir, faisons le tour des titre de cet album.

1.: Ultimate
Très énergique, ce titre nous met tout de suite dans l’ambiance en mélangeant rock et fanfare tzigane.

2.: Wonderlust King
Un peu moins rock, ce morceau nous permet d’apprécier le violon à sa juste valeur. Un peu comme un mélange de Louise Attaque et des Gipsy King.

3.: Zina Marina
Un rythme un peu plus martial, mais toujours aussi énergique.

4.: Supertheory Of Supereverything
Une chanson où l’influence tzigane est particulièrement prononcée.

5.: Harem In Tuscany (Taranta)
Un titre très entraînant, avec des passages plus parlés que chantés.

6.: Dub The Frequencies Of Love
Un morceau assez long qui nous ramène vers le punk, mais perdre le son très reconnaissable du groupe.

7.: My Strange Uncles From Abroad
Une chanson particulièrement festive et entraînante.

8.: Tribal Connection
Un morceau un peu plus transparent qui marque comme une pause.

9.: Forces Of Victory
Un rock un peu martial, plus puissant et moins joyeux.

10.: Alcohol
Une chanson plus mélancolique.

11.: Suddenly… (I Miss Caparty)
Un titre très gai, qui rappelle vraiment l’univers de Chat Noir Chat Blanc.

12.: Your Country
Un rock un peu sombre et au rythme martelé.

13.: American Wedding
Un titre très drôle et énergique.

14.: Super Taranta
Une parfaite conclusion dans un grand élan d’enthousiasme tzigane.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.