TIME MACHINE (The Shack) : Pop pop pop

timemachinetheshackPour beaucoup, la brit’pop est née avec Oasis et Blur, et leur rivalité légendaire, au début des années 90. Mais d’autres groupes avaient déjà fait vivre et grandir ce genre musical avant eux. C’est le cas de The Shack, fondé à la fin des années 80, dont Time Machine est un compilation de leurs titres les plus marquants, issus de leur dix albums studio.

De la pop, sur cet album, vous en aurez. De la bonne, de la moins bonne, de la sucrée, de la psychédélique, de la mélodique, de la guillerette, de la mélancolique, de la rock, de la ballade… Bref, cet album ressemble à un catalogue de toutes les manières possibles de décliner ce genre musical. Au moins, on ne peut pas reprocher à Time Machine de nous offrir 17 fois le même titres. De là à dire qu’il est particulièrement varié, il y’a quand même un pas que The Shack ne franchit pas en restant vraiment toujours dans son créneau.

Mais voilà, The Shack n’est ni Blur, ni Oasis. En fait, Time Machine laisse une impression bizarre. Chaque titre pris individuellement se laisse écouter, certains sont même intéressants. Cependant, il n’arrive pas à vraiment capter complètement notre attention car il manque le petit je ne sait quoi qui fait la différence entre le talent et le génie. Dans cet album, tout est propre, maîtrisé, lisse, sans fausses notes… Mais il aurait malheureusement sûrement gagné à en compter quelques unes, histoire de sortir l’auditeur de la certain torpeur dans laquelle il est plongé.

Dans Time Machine, The Shack garde le meilleur pour la fin, pour les trois derniers titres pour tout dire. Plus énergique, chanté avec une voix plus grave et plus adulte, Neigbours, Holiday Abroad et Wanda nous permettent de quitter cet album sur une bonne note…. Enfin, comme je l’ai déjà dit, cet album n’en compte pas de fausse. Le reste de l’album est par contre un peu plus plat, jamais mauvais encore une fois, mais jamais enthousiasmant.

Peut-être que les fans absolus de la brit’pop, ceux qui ne jurent que par Oasis, Blur, Pulp, Supergrass, voir même les Wet Wet Wet pour les plus anciens, pourront trouver un vrai plaisir dans cet album, certainement pas indispensable, mais qui n’agresse pas non plus les oreilles. Les autres, ceux qui préfèrent le rock’n’roll qui sent nettement plus la sueur et la bière chaude, délaisseront cette compilation qui manque parfois d’un peu d’énergie et de guitares qui grondent.

Avoir découvert The Shack à travers cette compilation ne fut donc pas pour moi une révélation. Resteront tout de même quelques vrais bon morceaux, mais aussi un peu de frustration, en ne pouvant s’empêcher de penser que ce groupe aurait tellement plus à proposer que cette musique un peu trop proprette.

Allez les gars, la prochaine fois, on se lâche ?

Pour finir, faisons le tour des titres que l’on trouve sur Time Machine

1.: I Know You Well
Une pop un peu psychédélique et pas désagréable.

2.: Comedy
Pop sucré sympa, mais qui sonne un peu comme de la musique pour adolescents.

3.: Cup Of Tea
La voix se fait plus grave, plus adulte et c’est tout de suite meilleur.

4.: Al’s Vacation
Une pop guillerette mais qui manque un peu d’énergie.

5.: Pull Together
Une pop mélodique avec un peu plus d’ambition musicale.

6.: Meant To Be
Une pop vraiment british pour le coup, mais pas réellement enthousiasmante.

7.: Butterfly
Une pop évanescente mais un tantinet transparente.

8.: Sgt Major
Une autre moment d’évanescence… Mais on préfèrera le groupe du même nom…

9.: On The Terrace
Une ballade-pop rythmé et qui serait le parfait tube pour la radio bien comme il faut.

10.: Undecided
Une pop qui ne décolle jamais vraiment.

11.: Cornish Town
Une ballade mélodique, sympa mais à laquelle il manque encore une fois une petite étincelle.

12.: Miles Apart
Un morceau sympa, propre… mais un peu plat.

13.: Streets Of Kenny
Un titre un peu plus rock, mais pas forcément meilleur.

14.: Shelley Brown
Une ballade qui a quelque chose de Simon et Garfunkel.

15.: Neighbours
Une pop énergique, nettement plus que d’habitude en tout cas.

16.: Holiday Abroad
Un morceau pop-rock, chanté d’une voix grave, pour le meilleur titre de l’album.

17.: Wanda
Le petit frère (ou plutôt la petite sœur vu le titre) du précédent.
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.