ORACULAR SPECTACULAR (MGMT) : Le single ne fait pas l’album

oracularspectacularmgmtMoi qui répète à longueur d’avis que je n’aime pas l’électro, vous allez vraiment finir par vous demander pourquoi je n’arrête pas d’écrire des critiques sur des albums tournant autour de ce genre musical. Je devine déjà certains d’entre vous m’imaginant bardé de cuir, portant sur moi quelques pinces bien placées et criant « encore, encore ! » à une charmante jeune femme armée d’en fouet. Je vous rassure, il n’en est rien. Simplement, j’aime beaucoup les deux singles et j’avais envie de voir ce qu’il y’avait autour.

Petit rappel pour ceux qui auraient oublié d’allumer une radio en 2007, lors de la sortie de Oracular Spectacular et surtout du single Kids, qui a tourné en boucle sur la bande FM, jusqu’à l’overdose parfois. Ce fut donc un succès spectaculaire (audacieux jeu de mots en rapport au nom de l’album…) pour ces deux Américains, Ben Godwasser et Andrew VanWyngarden, dont le premier album n’avait connu qu’un grand anonymat. 
 
Oracular Spectacular, c’est quoi donc ? C’est un énorme tube planétaire, Kids, qui est déjà un classique intemporel qu’on est parti pour écouter pendant plusieurs décennies. Il est vrai que le titre est vraiment excellent, original et très agréable à l’oreille. Une mélodie ni tout à fait lente, ni tout à fait entraînante, pour un son électro et rock… bref encore une fois, rien de bien définissable, si ce n’est par sa qualité qui a séduit des millions de fans.

C’est aussi Time to Pretend, un autre single vraiment très bon et qui pouvait donner à penser que tout l’album était dans la même veine. C’est enfin, Weekend Wars, un titre excellent qui nous rappelle un peu les Beatles…. Et voilà, c’est tout. Et le reste me direz-vous ? Bah le problème, c’est que le reste est composé de titres parfois sympathiques, mais guère enthousiasmants, parfois même carrément transparents. Trois bons titres, même si l’un d’entre eux est devenu un classique, c’est un peu court jeunes hommes !

Bon et là, on revient à mon histoire de « j’aime pas l’électro mais j’en écoute quand même ». Parce que peut-être je suis simplement trop hermétique à ce genre musical pour apprécier les autres plages de Oracular Spectacular. Ce mélange entre électro et pop me fait toujours dire… mais pourquoi ne font-ils pas carrément de la pop, ça serait bien meilleur. Je pense que je préfère nettement les groupes comme Daft Punk qui vont au bout de l’idée de l’électro, alors que MGMT me donne envie de revenir dare dare aux basiques du rock qui sont là, tout près, à porter de portée (oh quel jeu de mots encore une fois !).

Je n’ai donc pas trouvé dans Oracular Spectacular ce que les deux singles m’avaient espéré. Dommage.

Pour finir, un petit tour des titres de cet album.

1.: Time To Pretend
Un single électro-rock très mélodique et rythmé.

2.: Weekend Wars
Un peu comme les Beatles version électro, pour un résultat pas mal du tout.

3.: Youth
Un titre plus purement électro, une nouvelle fois très mélodique, mais un rien lancinant.

4.: Electric Feel
Une marche électro, sympa, mais pas très entraînante.

5.: Kids
Un immense tube qui flatte les oreilles.

6.: 4th Dimensional Transition
Un titre à la consonance un peu mystique, avec des effets d’écho qui rappellent une église.

7.: Pieces Of What
Un morceau plus pop, mais qui ne décolle pas vraiment.

8.: Of Moons Birds And Monsters
Nouveau titre pop-rock, sympa, mais sans plus.

9.: Handshake
Une pop très électro… Trop sûrement…

10.: Future Reflections
Un morceau fade et transparent 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.