WE’RE BECOMING ISLANDS ONE BY ONE (The Sleeping Years) : Un groupe qui porte finalement bien son nom

werebecomingislandsonebyonesleepingyearsThe Sleeping Years est un groupe londonien, fondé en 2007 et dont We’re Becoming Islands One by One est le premier et, pour l’instant, unique album. Il s’agit au départ pourtant d’un projet solo, celui de Dave Grundle, ex-membre des Catchers. Il fut ensuite rejoint par Michelle So au violon puis Tom Page aux percussions. Deux musiciens qui sont devenus depuis des membres à part entière du groupe.

La présence d’une violoncelliste vous fait déjà deviner qu’il ne s’agit pas d’un groupe de hardcore death metal. Non, nous sommes là devant un groupe folk, tendance chansons douces et mélodieuses. Voire même très douces et très mélodieuses… J’irai même plus loin, trop douces et trop mélodieuses.

We’re Becoming Islands One by One est typique de ces albums où toutes les chansons sont toutes de qualité, mais où l’ensemble n’arrive pas à éveiller l’enthousiasme. C’est beau souvent, mais toujours un peu sur le même ton et du coup, l’attention de l’auditeur se relâche inexorablement. Trop lisse, trop monotone, cet album nous plonge dans un léger assoupissement. C’est mélodique, mais pas vraiment envoûtant, pas vraiment magique. Alors on y prête un intérêt poli en y jetant une oreille discrète.

Du coup, les quelques chansons un peu plus « pêchues » de We’re Becoming Islands One by One sont celles qui apparaissent comme les meilleures. Le sont-elles vraiment ? C’est un peu dur à dire dans l’absolu, car en fait, ce sont celles qui attirent un peu plus l’attention et tirent l’auditeur de sa torpeur. Rien d’exceptionnel cependant, mais au moins, on se donne la peine d’écouter quand le reste constitue plutôt un fond musical.

Restent tout de même quelques belles mélodies. La plus grande limite de The Sleeping Years reste la voix de Dave Grundle. Non qu’elle soit désagréable, mais ce genre de musique prend souvent tout son intérêt et sa magie quand elle est portée par un bel organe. Non, je ne parle pas de la musculature de son torse ! (ou pire pour ceux qui ont l’esprit mal placé). Bref, pas de réelle étincelle et les jolies instrumentations ne sont donc pas totalement mises en valeur.

We’re Becoming Islands One by One est typique de ce genre d’albums dont on dit plus de mal qu’on ne le pense. Simplement, vue l’immensité de l’offre musicale, on cherche de plus en plus des choses qui sortent réellement du lot. Je suis peut-être un peu sévère avec The Sleeping Years, simplement, je connais mieux à tout point de vue, même si leur musique reste globalement de très bonne facture.

We’re Becoming Islands One by One ne m’a donc pas enthousiasmé. Il séduira peut-être quelques amateurs de jolies mélodies que le talent de The Sleeping Years ne laissera pas froid.

Pour finir, faisons le tour des titres de cet album.

1 Setting Fire to Sleepy Towns
Une ballade pop-folk classique, aux élans mélancoliques.

2 The Lockkeeper’s Cottage
La voix y est plus claire, plus aiguë, mais sur le même rythme que précédemment.

3 You and Me Against the World
Un titre un peu plus rythmé, plus dynamique qui nous fait légèrement tendre l’oreille.

4 The Shape of Things to Come
Retour à un rythme plus sombre, plus mélancolique.

5 Macosquin, Coleraine
Nouvelle ballade mais aux accents un peu plus guillerets.

6 Broken Homes
Un peu plus d’énergie et de rythme. Enfin un peu…

7 Clocks and Clones
Le titre le plus énergique. Le meilleur ?

8 Human Blues
Un titre beaucoup plus fade.

9 Dressed for Rain
Une chanson douce presque murmurée.

10 Islands
Un morceau minimaliste pour finir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.