HOME BEFORE DARK (Neil Diamond) : 67 ans, mais toutes ses dents

homebeforedarkneildiamondA une époque le mot country m’aurait fait dresser les cheveux sur la tête. Des cow-boys sur le retour, poussant des vocalises ridicules, pensant que le banjo et l’harmonica sont les instruments les plus intéressants de la création. Très peu pour moi ! Il y’a 10 ans, j’avais croisé un Canadien Anglophone qui m’avait parlé de son désespoir de voir son père fan de country, le style de musique le plus ringard qui soit… Et j’avais alors totalement partagé son désarrois. Désormais, les choses ont un peu changé.

Bien sûr, je n’aime toujours pas les cow-boys sur le retour poussant des vocalises ridicules. Mais j’avoue que dans ma discothèque commencent à fleurir quelques albums qui peuvent ranger dans ce genre musical. Une country qui tire souvent sur le rock, le blues ou le folk, mais de la country quand même. Et quoi de mieux alors que d’écouter la crème de la crème comme Neil Diamond par exemple.

Neil Diamond fait partie de ces géants de la musique que la renommée a quelque peu oublié. Enfin de ce côté de l’Atlantique, parce qu’il reste une icône de l’autre côté. En 2008, avec Home Before Dark, à 67 ans, il devient l’artiste le plus âgé à occuper la tête des ventes de disques aux USA. 67 ans, mais de beaux restes, après une carrière riche d’une trentaine d’albums entre 1966 et aujourd’hui. Il est l’auteur de tubes comme Sweet Caroline, Red, Red, Red Wine ou Girl, You’ll be a Woman Soon qui connurent la postérité interprétée par d’autres.

Home Before Dark est l’œuvre d’un artiste n’ayant plus rien à prouver et qui est sûr de son art. Sa voix magnifique ne porte en rien le poids des ans et contribue largement au charme exceptionnel de cet album. Après reste des mélodies, beaucoup de ballades, qui la mettent parfaitement en valeur, envoûtantes souvent, parfois superbes. Il n’y a vraiment rien à jeter, tous les titres sont de grandes qualités.

Alors bien sûr, Home Before Dark n’a rien de révolutionnaire. Neil Diamond n’a pas la créativité d’un Bob Dylan. Il nous livre des morceaux très classiques entre country, blues et folk. Nous sommes là au cœur d’une culture musicale typiquement américaine, mais qui sait nous enchanter quand elle est aussi merveilleusement interprétée. Pas de gros risque artistique donc, mais un art parfaitement maîtrisé. Ce n’est pas original, mais c’est beau !

Home Before Dark s’écoute avec un réel plaisir du début jusqu’à la fin. Même si, comme moi, vous n’êtes pas un fan inconditionnel du genre, cet album de dépareillera pas dans votre discothèque. Entre deux CD de Bob Dylan, un opus de Neil Diamond sera tout à fait à sa place. Bon, je n’ai pas encore écouté la trentaine d’autres qu’il a sorti, je ne sais donc pas si celui-là est LE CD de Neil Diamond qu’il faut absolument posséder. En tout cas, celui-là m’a beaucoup séduit et m’a effectivement donné envie d’en écouter d’autres.

En tout cas, Home Before Dark occupera une place de choix dans ma discothèque et constitue, à mon sens, un excellent moyen de découvrir cet artiste de légende.

1.: If I Don’t See You Again
Un accompagnement très simple, mais on est tout de suite saisi par la voix.

2.: Pretty Amazing Grace
Une ballade folk classique, mais énergique. Superbe !

3.: Don’t Go There
Un titre plus sombre, mais très classique. Au cœur de la culture musicale américaine.

4.: Another Day (That Time Forgot) – Diamond, Neil & Natalie Maines
Un très beau duo, où la voix claire de Natalie Maines contraste avec la voix grave de Neil Diamond.

5.: One More Bite Of The Apple
La voix de Neil Diamond est ici plus poussée, plus claire, mais garde sa puissance.

6.: Forgotten
Un morceau plus énergique, mais qui reste surtout toujours excellent.

7.: Act Like A Man
Une ballade plus douce, mais très belle.

8.: Whose Hands Are These
Un titre un peu répétitif, un peu en retrait, mais il reste tout de même la voix sublime.

9.: No Words
Un morceau énergique, presque guilleret.

10.: Power Of Two
Une ballade simple, excellente à l’image de l’album.

11.: Slow It Down
Une chanson plus parlée que chantée, un peu comme un chanteur en fin de soirée.

12.: Home Before Dark
Un titre un rien mélancolique, qui sonne comme un au revoir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.