AUCUNE BETE AUSSI FEROCE (Edward Bunker) : Voyage au fond de la nuit

aucunebeteaussiferoceDans la série des anecdotes absolument passionnantes et indispensables, en voici une que je vais avoir un malin plaisir à partager avec vous. J’ai commencé à lire Aucune Bête aussi Féroce le jour même où j’ai vu le film Mon Pote. C’est dingue non ? Bon ok, pour l’instant vous ne voyez pas vraiment le rapport, je le sens. En fait, ces deux œuvres traitent exactement du même sujet, mais de manière très différente… Donc, je recommence… C’est dingue, non ?… non ?… De toute façon, je suis un incompris…

Max Dembo est un braqueur qui vient de passer plusieurs années en prison. Il sort sous le régime de la liberté conditionnelle, bien décidé à vivre enfin dans le droit chemin, pour ne jamais remettre les pieds dans une cellule. Mais le pourra-t-il vraiment ?

Si Mon Pote nous donnait une vision quelque peu idyllique de la vie post-carcérale, Aucune Bête aussi Féroce est au contraire un vrai roman noir qui nous livre une vision sans concession du milieu de la pègre de bas étage et de la manière dont la fréquenter peut vous coller à la peau pour toujours. Il faut dire que l’auteur sait de quoi il parle puisque Edward Bunker est lui-même un ancien braqueur récidiviste. On peut d’ailleurs constater que sa littérature est beaucoup plus pessimiste que son propre parcours, puisque lui, s’en est visiblement définitivement sorti.

Aucune Bête aussi Féroce est un livre passionnant par la neutralité avec lequel il nous décrit son univers. Aucun jugement moral, aucune célébration, juste un portrait réaliste d’une frange de la société qui a bien du mal à sortir de ses propres clichés. Car ce livre n’excuse jamais ses protagonistes, il nous fait simplement partager les raisonnements qui poussent des hommes à rester prisonnier de certains schémas. Bien sûr, les forces qui leur maintiennent la tête sous l’eau sont nombreuses et également parfaitement décrites, mais jamais Edward Bunker ne prend partie en désignant les bons et les méchants.

Mais Aucune Bête aussi Féroce n’est en rien une étude sociologique. C’est avant tout un superbe roman noir, avec une intrigue solide, des personnages complexes, le tout porté par un style de très grande qualité. Une plume nerveuse, extrêmement vivante qui nous plonge réellement dans cet univers. Gare au choc alors, car il est violent et livré sans prendre de gants. La neutralité évoquée plus haut est parfois dérangeante dans le sens où elle nous plonge au cœur des évènements en nous forçant à nous faire notre propre jugement moral. Et ce n’est pas toujours aussi évident qu’il y paraît au premier abord.

Aucune Bête aussi Féroce se lit donc d’une traite. Suivre les pas de Max Dembo est un voyage qui ne laisse pas indifférent, mais un voyage passionnant. Une histoire que vous devrez voir avec vos propres yeux, votre propre subjectivité. Mais aussi une histoire solidement construite, riches et trépidantes, pleines de rebondissements et dont le dénouement est particulièrement soigné.

Bref, un grand roman. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.