OH (OHIO) (Lambchop) : Intimiste mais pas convivial

ohohiolambchopAprès m’être rajeuni les tympans avec du Metallica, je pense que je ne pouvais guère faire plus diamétralement opposé en découvrant le groupe Lambchop et leur album Oh (Ohio). De la musique folk-country douce, très douce, épuré, très épuré… Un peu trop même parfois.

Originaire de Nashville, Tennessee, ville ô combien symbolique de la culture musicale américaine, ce groupe s’apparente plus à un collectif, tant les musiciens qui y participèrent furent nombreux au cours de leur 25 années d’expérience. Cependant, Lambchop possède une figure centrale, nommée Kurt Wagner… Que les amateurs de Comics se rassure, il n’a rien en commun avec le membre des X-Men. Son truc à lui, c’est plus le chant.

Sa voix est d’ailleurs de loin l’élément le plus marquant de la musique de Lambchop. Une voix qui reste toujours très en-dedans et qui est souvent plus proche du murmure que d’un concert de Lara Fabian… Bon pour le coup, on ne s’en plaindra pas, mais il est vrai que c’est parfois un peu déstabilisant. Cela crée une certaine intimité, mais pas vraiment de complicité. On a parfois l’impression que Kurt Wagner chante dans son coin, sans vouloir nous faire partager sa musique.

Et c’est bien dommage car ce qu’on entend est plutôt agréable aux oreilles. Les mélodies font parfois penser à du Cat Stevens… mais sans la voix de ce dernier, bien au contraire. A la fois, cette caractéristique donne sa personnalité à la musique de Lambchop. On est heureux d’écouter quelque chose qui sort un peu de l’ordinaire. Mais voilà, peut-être que je suis un peu trop conformiste en la matière, les meilleurs morceaux, National Talk Like a Pirate Day et Close Up, sont ceux à la sonorité la plus classique. Elles ne perdent rien de leur beauté et gagnent énormément en « convivialité ».

Cependant, Oh (Ohio) m’a quand même globalement plu. Simplement, il est un peu frustrant dans le sens où on a fortement l’impression qu’il aurait fallu peu de chose pour qu’il soit vraiment magnifique, même s’il aurait perdu une large part de son originalité. Mais bon, avec des si, on prêterait du talent à Justin Bieber, alors arrêtons un peu de vouloir changer ce qu’il ne le sera jamais. Ce sont les choix artistiques de Lambchop et Kurt Wagner, respectons-les.

La version de Oh (Ohio) que j’ai en ma possession comporte deux CD. Le second ne compte que cinq titres, pour la plupart de nouvelles versions de morceaux présents sur le disque principal. Il y en a de deux types, celles où la version est encore plus douce et elle est à mon sens moins bonne… Et celle où Lambchop y met un tout petit peu plus d’énergie et c’est tout de suite meilleur.

Oh (Ohio) est donc un album folk très intimiste, mais qui aurait peut-être gagné à être plus convivial… En tout cas, je suis super fier de ma conclusion !

Pour finir, faisons le tour des morceaux que l’on trouve sur ce double album.

Disque 1

1.: Ohio
Chanson très intimiste, presque murmurée.

2.: Slipped Dissolved And Loosed
Une chanson douce, avec un rien de Cat Stevens dans la mélodie.

3.: I’m Thinking Of A Number (Between 1 and 2)
Un morceau plus sombre, plus mélancolique.

4.: National Talk Like A Pirate Day
Un titre plus dynamique, la voix se fait plus claire. Un peu d’énergie, ça fait du bien !

5.: Hold Of You
Un morceau aux allures de slow très épuré.

6.: Sharing A Gibson With Martin Luther King Jr
Une chanson plus rythmées, quelques accords rock se faisant entendre.

7.: Of Raymond
Une ballade douce et épurée.

8.: Please Rise
Une chanson triste et un peu lancinante.

9.: Popeye
Un morceau très épuré, très lent.

10.: Close Up
La voix est ici plus claire, plus poussée pour un très beau résultat.

11.: I Believe In You
Un titre à nouveau murmuré sur une instrumentation minimaliste.

Disque 2

1.: Please Rise
Une reprise moins lancinante, plus dynamique.

2.: Slipped Dissolved And Loosed
Une version plus triste et mélancolique.

3.: Chelsea Hotel #2
Une chanson douce et encore une fois relativement minimaliste.

4.: Close Up
Une version plus mélancolique.

5.: Of Raymond
Une belle version, plus douce. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.