4:13 DREAM (The Cure) : The Cure by the Cure

413dreamthecureDans la série des groupes que je connais sans vraiment connaître, voici The Cure. Bien sûr, leurs singles les plus célèbres me sont relativement familiers et j’ai même eu l’occasion de les voir en concert, un été à la Route du Rock, à St Malo. Bon, on est parti avant la fin, mais personnellement, je serais bien resté jusqu’au bout… Enfin bref, je ne suis pas là pour raconter ma vie, mais pour vous parler de 4:13 Dream, leur 13ème album, sorti en 2008.

C’est donc avec une certaine curiosité que je me suis lancé à l’écoute de cet album dont je ne savais pas grand chose, puisqu’aucun single n’a vraiment occupé les ondes radiophoniques de notre beau pays. J’avais un peu peur que la plupart des morceaux se ressemblent tous plus ou moins, car je dois admettre que c’est un peu l’impression qu’avait donné le demi-concert auquel j’ai eu l’occasion d’assister. A ma grande satisfaction, il n’en est rien.

Bien sûr, on retrouve sur 4:13 quelques titres qui ont un fort air de famille avec Boys don’t Cry ou In Between Days. Un rock auquel la voix de Robert Smith apporte sa personnalité unique, à la fois mélodique et terriblement énergique. Mais beaucoup de titres s’en éloigne quelque peu. Bon, ils ne vont pas très loin, on reste dans le même registre, mais on échappe complètement à cette impression de titres qui s’enchaînent avec monotonie. L’attention de l’auditeur est toujours maintenue et on attend toujours de savoir ce qui nous réserve le prochain morceau.

4:13 nous fait par contre bien sentir que l’on est face à un groupe qui maîtrise parfaitement son sujet. Quand on tourne depuis si longtemps qu’eux et quand on signe son 13ème album, il est évident qu’il devient difficile de sortir quelque chose de radicalement nouveau. Comme je l’ai dit, je ne suis pas un grand spécialiste de The Cure, alors je suis très mal placé pour comparer cet album aux précédents. Cependant, on sent ici une grande maîtrise, plutôt qu’une créativité débridée. Mais on ne connaît pas une telle carrière sans assez de talent pour que cela ne constitue pas un problème en soi, surtout pour ceux comme moi qui ne connaissent pas déjà par cœur le reste de leur discographie.

4:13 Dream est relativement homogène en qualité. Un ou deux titres, un peu plus brouillon, passent un peu moins bien, mais tous le reste s’écoute avec un grand plaisir. Il manque sans doute un ou deux singles vraiment remarquable pour cet album prenne une autre dimension. The Cure aura peut-être du mal à signer à nouveau des titres aussi légendaires que leurs plus grands classiques, mais cet album prouve qu’ils en ont encore sous la semelle. D’un point de vue créatif, ils sont sans doute quelque peu en roue libre, mais affiche un niveau qui ferait pâlir de jalousie bien des jeunes groupes aux dents longues.

4:13 Dream me fait donc mieux comprendre comment The Cure a réussi à devenir un groupe aussi mythique de l’histoire du rock. Il me donne envie de me plonger dans leurs premiers albums, ceux qui ont réellement fait leur légende. Pour en signer un 13ème de cette qualité, ils doivent avoir forcément atteint des sommets encore plus élevés précédemment.

Pour finir, faisons le tour des titres de cet album.

1.: Underneath The Stars
Une longue introduction psychédélique et planante.

2.: Only One
Un morceau plus énergie mais qui ne décolle jamais vraiment.

3.: Reasons Why
Un titre plus rock, la voix de Robert Smith se fait plus claire. Du bon Cure !

4.: Freakshow
Un morceau un peu déjanté, mais où le groupe garde néanmoins une grand maîtrise, pour un résultat pas mal du tout.

5.: Sirensong
Une chanson plus calme, presque une ballade, très agréable en tout cas.

6.: Real Snow White
Un morceau pop-rock correct mais sans plus.

7.: Hungry Ghost
Un titre chanté comme s’il s’agissait d’un titre punk, mais avec une instrumentation plutôt psychédélique. On trouve ici toute l’originalité du son de The Cure.

8.: Switch
Un morceau plus brouillon, mais l’énergie compense largement.

9.: Perfect Boy
Un titre rock classique, mais très bon.

10.: This Here And Now With You
Un titre quelque peu psychédélique, mais pas terrible ce coup-ci.

11.: Sleep When I’m Dead
Un morceau rock classique, parfaitement maîtrisé et encore une fois très bon.

12.: Scream
Un titre relativement plat.

13.: It’s Over
Un instrumental rock psychédélique pour finir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.