ME, MYSELF AND US (Pascale Picard) : Vive le Québec libre !

pascalepicardmemyselfandusPascale Picard et son album Me, Myself and Us ont constitué une des bonnes surprises musicales de l’année 2007. Cette auteur et interprète québecoise en a charmé plus d’un avec sa douce voix interprétant une folk élégante et mélodieuse. Notre pays aura attendu un an de plus avant de pouvoir la découvrir, mais le succès n’y fut pas négligeable. Et c’est avec raison, puisque cet album nous offre un petit moment de bonheur auditif.

On parle souvent de Pascale Picard, mais il s’agit en fait d’un groupe… le Pascale Picard Band… C’est dire si la personnalité de la chanteuse est prégnante et occupe presque toute la lumière des projecteurs. Mais il serait dommage d’oublier Mathieu Canti, le guitariste, Philippe Morissette, le bassiste et Marc Chartrain le batteur. Une formation classique donc, qui accompagne avec bonheur la très jolie voix de Pascale Picard.

Pascale Picard pourra donc vous réconcilier avec les chanteuses québecoises. Les plus francophiles pourront regrette qu’elle ne chante qu’en langue anglaise, mais quand la musique est bonne… En plus, comme ça, il n’y a aucune chance qu’elle nous livre des chansons écrites par Jean-Jacques Goldman, ce qui constitue une autre très bonne raison d’écouter Me, Myself and Us. Mais elles sont encore bien plus nombreuses que ça.

Pascale Picard fait preuve ici d’un talent et d’une maîtrise rare pour un premier album. Elle nous livre un folk plutôt doux, mais sait mettre parfois beaucoup plus d’énergie dans des titres tirant vers le rock. Mais elle conserve toujours une ligne mélodique particulièrement harmonieuse. S’y rajoute une voix qui est aussi à l’aise dans la douceur murmurée que dans les vocalises plus intenses. Bref, du talent, beaucoup de talent, énormément de talent, à défaut d’une imagination débordante.

En effet, si on devait faire un seul reproche à Me, Myself and Us, cela serait son classicisme. Il pourrait ressembler à bien d’autres albums folk, si ce n’est qu’il se démarque nettement par la qualité constante des titres. On en a donc vraiment pour son argent de la première à la dernière plage. On pardonnera donc l’absence de prise de risque artistique. Mais Pascale Picard et ses petits copains affichent une telle maîtrise qu’on peut espérer que les prochains albums seront un peu plus innovants.

Il est donc difficile de détacher un titre phare plutôt qu’un autre. Le single le plus connu, Gate 22, est sans aucun doute un des meilleurs morceaux. C’est aussi sans doute celui qui permet de juger en quelques minutes l’étendu du talents et des capacités de Pascale Picard, alternant le calme et l’énergie avec toujours le même bonheur et le même talent. Personnellement, j’ai aussi une tendresse particulière pour le titre A While. Mais chacun pourra trouver son bonheur dans Me, Myself and Us, tant il n’y a rien à jeter, à part, si on est très très méchant, le titre Annoying, un peu plus en retrait. Mais bon, on reste tout de même dans le haut niveau. Je n’échangerais pas ce titre contre toute la discographie de Céline Dion.

Pascale Picard confirme donc avec Me, Myself and Us tout le talent que le single Gate 22 nous a pu faire entrevoir. Et elle le confirme de la première à la dernière plage !

Avant de nous quitter, passons-en revue les titres de cet album.

1 – Thinking Of It
La voix ne colle pas tout à fait à la mélodie, mais cet effet, parfaitement maîtrisé, donne un résultat sympa.

2 – Gate 22
Un single très réussi. L’accompagnement est simple, c’est la voix qui fait tout, tour à tour douce et énergique, mais toujours parfaitement posée.

3 – Smilin’!!
Une jolie chanson douce.

4 – Unconscious Liar
Plus énergique mais toujours aussi bon.

5 – That Is The Matter
Plus rock, moins maîtrisé, mais l’énergie compense.

6 – Annoying
Encore plus rock, mais moins harmonieux et moins bon.

7 – Let’s Have a Drink
Un retour au calme et à la douceur… et c’est bon !

8 – Sorry
Une ballade un peu décousue.

9 – A While
Energique, entraînant, excellent.

10 – When At The End Of The Road
Un titre enjoué et sympa.

11 – Useless
Belle ballade rock, un peu mélancolique.

12- Half Asleep
Ballade douce qui sonne comme un au revoir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.