LE CHRONIQUES DE KRONDOR, TOME 1 : PUG, L’APPRENTI (R.E. Feist) : Une porte d’entrée que l’on a plaisir à pousser

puglapprentiLa figure de l’apprenti est on ne peut plus classique dans la littérature, le terme de roman d’apprentissage est d’ailleurs là pour le prouver. Prenez une jeune garçon (ou jeune fille, ne soyons pas sexiste) un peu ignorant, un peu naïf, faites lui vivre de grandes aventures qui lui apprendront à devenir un homme (ou une femme) accompli, et vous aurez une histoire pas très originale, mais qui fonctionnera à coup sûr, si elle est bien écrite. C’est exactement le cas de Les Chroniques de Krondor, tome 1 : Pug l’Apprenti.

Pug est un jeune orphelin, domestique au château de Crydee et qui ne semble doté d’aucun talent particulier. A l’adolescence, la tradition veut que les garçons soient rassemblés et les meilleurs choisis pour devenir des apprentis. A la grande surprise de l’assistance, Kulgan, le magicien du royaume, demande à ce que Pug devienne son élève. Des années de travail attendent ce dernier. Mais une menace mystérieuse survient et va bouleverser le futur du jeune garçon et celui du monde tout entier.

Les Chroniques de Krondor, tome 1 : Pug, l’Apprenti constitue donc de l’heroic fantasy tout ce qu’il y a de plus classique. Un monde aux mœurs moyenâgeuses, peuplés d’elfes, de nains, de dragons et bien d’autres créatures mystérieuses. Il n’y a donc pas vraiment de surprises à attendre de ce côté là. Les amateurs ne seront donc pas trop dépaysés. Mais tout cela n’empêche pas ce récit et ce monde de posséder son charme et son attrait bien à lui, qui les rendent très agréable à parcourir.

Tout d’abord, parce que le récit est bien construit. R.E. Feist nous dévoile doucement ce que sera vraiment le cœur des Chroniques de Krondor. Il nous laisse le temps de connaître les personnages et le monde dans lequel ils évoluent, avant de passer réellement au vif du sujet. Par contre, tout ce fait à travers des aventures et des péripéties. Le récit n’est pas du tout alourdi par de longues descriptions, ce qui arrive parfois dans ce genre littéraire. Certains y verront une qualité indéniable. Cependant, on est parfois un peu frustré de ne pas en connaître un peu plus sur cet univers imaginaire. On regrettera notamment l’absence d’une carte qui serait pourtant la bienvenue. Bien sûr, cela ferait un peu imitation du Seigneur des Anneaux… A la fois, l’héroic fantasy ne fait que réinventer encore et encore l’imaginaire de Tolkien, alors autant ne pas se priver.

Les Chroniques de Krondor, tome 1 : Pug l’Apprenti se distingue aussi par des personnages très attachants. Là encore, rien de bien original, mais une qualité réelle dans la manière dont ils prennent vie à travers le récit. Leur personnalité leur donne assez de consistance pour que le lecteur soit heureux de les retrouver pages après pages. On passe avec le même bonheur de passages centrés sur la vie quotidienne et les sentiments de acteurs à des moments où R.E Feist nous relate des évènements qui ont un impact sur ce monde tout entier. Cet équilibre entre péripéties nombreuses et bien racontées et des protagonistes qui présentent un intérêt au-delà des aventures qu’ils vivent constitue une des principales raisons qui font, qu’après ce premier tome, on a très envie de connaître la suite.

Le style de R.E. Feist est très agréable. Comme je l’ai évoqué plus haut, il n’est pas alourdi par trop de descriptions. Mais au-delà de ça, il est surtout léger et clair. Le récit reste toujours compréhensible, les relations entre les personnages aussi, malgré le caractère totalement imaginaire de ce monde. Voilà une caractéristique qui fait vraiment la différence avec bon nombre de récits d’heroic fantasy où le lecteur se sent parfois un peu perdu. On est donc là plutôt dans le haut du panier et les amateurs n’auront donc aucune raison de bouder leur plaisir.

Au final, Les Chroniques de Krondor, tome 1 : Pug, l’Apprenti est une très bonne porte d’entrée, dans un monde où il est fort agréable de vagabonder au fil des pages.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.