INTRODUCING JOSS STONE (Joss Stone) : Ne casse pas de briques

introducingjossstonejossstoneJoss Stone fait partie de ces chanteuses devenues star alors qu’elles étaient à peine sortie de l’adolescence. Pour preuve, ce Introducing Joss Stone est sorti en 2007, alors que l’artiste n’avait que vingt ans. Il s’agissait déjà de son troisième album. Le premier, The Soul Session, avait été produit alors qu’elle n’avait que 16 ans. Son nouvel album, le cinquième, devrait sortir prochainement et est très attendu aussi bien en Angleterre, son pays d’origine, qu’aux Etats-Unis, où elle est une immense star.

Avant d’écouter cet album, j’avoue que je connaissais cette artiste que de nom. Mais j’en avais plutôt une image positive, présentée comme un talent précoce, mais immense. J’étais donc confiant, presque impatient à l’idée de mieux la connaître musicalement. Le premier morceau est d’ailleurs prometteur, mais le reste est beaucoup plus décevant.

Joss Stone nous propose une musique soul parfois sensuelle, mais qui se contente souvent du minimum. C’est souvent sympa, mais sans génie, sans réelle étincelle créatrice. Sa musique est très formatée, sans surprise, sans prise de risque. Cela ne se démarque absolument pas de la concurrence et on peut facilement trouver beaucoup mieux dans le genre. Bref, Introducing Joss Stone ne casse pas de briques.

Joss Stone n’est pas du tout à mon sens la petite génie que l’on cherche à vendre parfois. On est loin dans le genre d’une Norah Jones ou même d’une Avril Lavigne (ou j’adore Avril Lavigne et j’assume). Peut-être que la maturité viendra pousser cette artiste vers le haut. Mais j’avoue que je reste quelque peu circonspect car même sa voix ne m’a pas non plus bouleversé. Elle est belle, claire et maîtrisée certes, mais là encore elle est loin d’être unique, inoubliable ou même singulière. Du talent certes, mais n’est pas Aretha Franklin qui veut.

Cependant, je ne voudrais pas faire croire que tout est à jeter dans Introducting Joss Stone. On retiendra notamment un titre tirant sur le hip-hop, mais très groovy (Tell Me’Bout It, premier single) et le morceau le plus punchy de l’album : Baby Baby Baby. Pour le reste, pas vraiment de mauvais titres, mais peu de raison de s’enthousiasmer. C’est souvent propre, mais lisse, ne décolle jamais vraiment et nous laisse quand même largement sur notre faim.

Introducting Joss Stone n’a donc rien d’indispensable. Une extra-terrestre qui débarquerait sur Terre pourrait être charmé par ces mélodies et cette voix. Mais une fois qu’il aura visité le moindre disquaire, il découvrira moult productions du même style et bien meilleurs, plus originales et interprétées avec beaucoup plus de conviction. On a à notre disposition un tel choix qu’on peut de permettre d’être particulièrement exigeant. Et je ne crois pas Joss Stone soit à même de satisfaire les plus hautes exigences.

Je pensais avec cet Introducing Joss Stone une grande artiste en devenir. A mon sens, j’ai juste écouté un disque de soul-R&B juste moyen.

Pour finir, faisons le tour des titres que l’on retrouve sur Introducing Joss Stone

1.: Change (Vinnie Jones Intro), Change (intro) – Stone, Joss & Vinnie Jones
Une intro parlée.

2.: Girl They Won’t Believe It
Ca pourrait ressembler à une Aretha Franklin, en plus sensuel néanmoins.

3.: Headturner
Un morceau plus brouillon et qui ne décolle pas vraiment.

4.: Tell Me ‘Bout It
Un titre très hip-hop, très groovy et très sympa.

5.: Tell Me What We’re Gonna Do Now
Du R&B douçâtre pas mal, mais sans génie.

6.: Put Your Hands on Me
Un nouveau morceau auquel il manque la petite étincelle qui changerait tout.

7.: Music
Un titre plus posé, très maîtrisé à défaut d’être génial.

8.: Arms of My Baby
Plus de conviction cette fois-ci. Il ne manque plus grand chose.

9.: Bad Habit
Un titre lancinant.

10.: Proper Nice
Un titre qui tourne en rond.

11.: Bruised But Not Broken
Une ballade groovy pas trop mal.

12.: Baby Baby Baby
Enfin un peu plus de punch !

13.: What Were We Thinking
Une ballade aux accents tristes qui permet de sentir que la voix de Joss Stone possède tout de même certaines limites.

14.: Music (Outro)
Une chanson triste, mais presque geignarde

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.