DJANGO FOREVER (Joscho Stephan) : Divine surprise !

djangoforeverjoschostephanParfois, on fait des découvertes surprenantes à des moments où on ne s’y attend pas du tout. Et comme je sais que ma vie vous passionne, je vais vous conter de ce pas comment j’ai connu Joscho Stephan, un des plus grands musiciens de jazz manouche.

A l’occasion des 50 ans du jumelage et en tant que conseiller municipal, il y a un mois, je me suis rendu à Hassloch en Allemagne. Le vendredi soir, nous avons été invités à un concert d’un chansonnier franco-allemand, Marcel Adam. Un artiste sympathique, mais bon pas non plus un artiste d’envergure internationale. Il était accompagné de ses propres musiciens et aussi de ce fameux Joscho Stephan et son groupe. Il nous l’a présenté comme un artiste mondialement connu, se produisant même au Japon. Vu l’envergure du monsieur, cela nous a laissé circonspect car il aurait été surprenant qu’une « star mondiale » soit le petit nom sur l’affiche en dessous du sien…

Puis, à un moment donné, Joscho Stephan et ses musiciens se sont retrouvés seuls sur scène. Et là, nous avons compris… Putain de bordel de Dieu ! (désolé mon langage, mais j’essaye de restituer l’ambiance du moment)… Allez on va dire, diantre, fichtre, sac à papier. La belle claque ! On a tout de suite compris de quoi il en retournait et qu’il ne nous avait pas raconté de conneries. C’était totalement inattendu, mais ce fut un très beau moment de bonheur musical.

Pour résumer, Joscho Stephan est tombé dans la musique quand il était petit. Il faut dire que son propre père fait partie de ses musiciens Puis à 15 ans, il est tombé dans le Django Reinhardt. Pire endroit pour une faire une chute. Et si ce dernier est un maître difficile à égaler, ce musicien s’en approche quelque peu. Pour preuve ce Django Forever qui mélange reprises et compositions originales. Pour le novice que je suis, il est impossible de les distinguer.

Le jazz manouche est une technique musicale qui demande une extrême dextérité et se caractérise par un jeu à la guitare incroyablement rapide, si bien qu’on a parfois l’impression d’entendre les notes qui s’enchaînent aussi vite que sur un piano. Dextérité, c’est bien le mot qui vient à l’esprit quand on écoute Joscho Stephan. C’était formidablement vrai sur scène, cela le reste en écoutant ce Django Forever. Si vous ne deviez écouter qu’un seul morceau de cet album, jetez-vous sur Micro, c’est tout simplement incroyable.

Mais il serait vraiment dommage de passer à côté de tout le reste. Car ce Django Forever est un vrai bonheur de la première à la dernière seconde. Une énergie incroyable transparaît au travers de cette musique. Pourtant avec une guitare, une contrebasse et parfois un violon, on pourrait croire qu’on n’a pas là de quoi avoir envie de remuer du popotin. Mais si le son reste acoustique, cela swingue terriblement avec des mélodies terriblement entraînantes et enthousiasmantes.

Ce Django Forever n’est pas qu’une prouesse musicale que l’on admire, une sorte de numéro de cirque particulièrement difficile à accomplir. Pour preuve, beaucoup de titres sont sur le ton de la ballade douce ou mélancolique et cela n’enlève strictement rien à l’émotion qu’ils dégagent. La dextérité de Joscho Stephan en soi est impressionnante, mais c’est surtout la manière dont il l’a met au service de sa musique qui l’est encore plus. Jamais il ne contente d’étaler sa technique, il l’utilise pour nous faire vivre sa passion pour ce grand musicien et lui rendre un très bel hommage.

Je n’ai vraiment rien d’un passionné de jazz, mais face à un tel talent, on ne peut que vivre la musique et s’en laisser pénétrer. C’est pourquoi, je ne peux que vous recommander ce Django Forever de Joscho Stephan.

Pour terminer, faisons le tour des morceaux que l’on trouve sur cet album. Les morceaux dont le titre est suivi d’une étoile sont des reprises de Django Reinhardt

1.: Blues Clair*
Une petite mélodie enjouée pour commencer.

2.: Ballade Pour Django
Une jolie mélodie mélancolique.

3.: Daphne*
Un air enjoué, sous forme de dialogue entre la guitare et le violon.

4.: Valse Samois
Le ton est plus sombre, mais la maîtrise est impressionnante.

5.: Train to Paris
Un titre très doux, accompagné au violon.

6.: Nuages*
Une ballade très épurée, où le violon joue un grand rôle.

7.: Hot Club Swing
Retour à la gaité et à l’entrain.

8.: Chica
Un morceau aux accents sud-américains, mais Joscho Stephan s’y montre toujours aussi à l’aise.

9.: Minor Blues*
Un morceau assez simple, permettant d’admirer la technique parfaite.

10.: Micro*
Virtuosité incroyable ! Quelle vitesse ! Deux minutes de pur bonheur !

11.: Gypsy
Ambiance feutrée pour ce titre aux accents romantiques.

12.: Swing 39*
Un morceau particulièrement entraînant ! Du pur bonheur !

13.: Troublant Bolero*
Un titre très sensuel.

14.: All Together
Un morceau très gai, rythmé et d’une grande virtuosité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.